Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Histoire Il y a 20 ans, le mur tombait

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 9 Novembre 2009.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 719
    264
    2,134
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Allemagne - Il y a 20 ans, le mur tombait

    Les Allemands se préparent à célébrer les 20 ans de la chute du mur de Berlin. De nombreux événements sont prévus pour célébrer cet événement qui a mis fin à la guerre froide.
    [​IMG]



    Le 9 novembre 1989 au soir, malgré le froid et l'obscurité, ils étaient des milliers à danser sur le mur enfin entrouvert, les bras levés en signe de victoire, et à applaudir ce moment d'histoire et d'espoir.
    Vingt ans plus tard, c'est avec des concerts, des spectacles, des allocutions et des feux d'artifice que Berlin s'apprête à célébrer lundi, avec émotion et solennité, l'anniversaire de la chute du mur, en présence de nombreux dirigeants étrangers.
    Pour symboliser ce moment de l'histoire, les grands acteurs de l'époque feront tomber un millier de dominos géants en polystyrène installés dans la ville sur l'ancien parcours du mur.
    Ce dimanche la traditionnelle promenade familiale a pris une autre tournure, puisque plusieurs Berlinois ont choisi de longer l'ancien parcours du mur entre Potsdamer Platz et la porte de Brandebourg pour voir, sur 1,5 kilomètre, les dominos géants très colorés. Peints par des écoliers et différents groupes allemands et étrangers, ils rappellent les graffitis qui ornaient le mur.
    Lech Walesa, l'ancien président du syndicat polonais Solidarité, qui a contribué à la chute du communisme, fera tomber la première section. Le président hongrois de l'époque, Bruno Straub, fera tomber la suivante. En ouvrant sa frontière avec l'Autriche au printemps de 1989, il avait contribué à la chute du mur quelques mois plus tard et, par le fait même, à réunir les deux Allemagnes.
    Des visiteurs de marque sont attendus comme Mikhaïl Gorbatchev et l'ancien ministre ouest-allemand des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher. Les présidents français et russe, Nicolas Sarkozy et Dimitri Medvedev, de même que la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, et le premier ministre britannique, Gordon Brown, seront présents aux cérémonies à Berlin.
    Par ailleurs, une exposition sur la chute du mur et un documentaire sur les gens qui en possèdent un morceau seront présentés à l'ambassade canadienne. D'ailleurs, il s'agit de la seule à avoir été bâtie sur le no man's land qui existait jusqu'au 9 novembre 1989 entre les deux murs.
    Paris, Londres et Rome vont aussi souligner à leur manière la chute du mur.

    Le programme des festivités de lundi
    En début de matinée lundi, la chancelière allemande Angela Merkel doit prononcer un discours dans le cadre d'une conférence sur les « murs qui tombent », en présence du prix Nobel de la paix Muhammad Yunus, à la Fondation Einstein, avant de participer à une cérémonie du souvenir en compagnie du président allemand Horst Kohler. Des prières seront récitées à la chapelle de la réconciliation (Kapelle der Versoehnung).
    À midi, lors d'une représentation théâtrale, huit anges aux ailes de quatre mètres de large apparaîtront sur les toits de bâtiments le long de l'Ebertstrasse, ancienne frontière entre la Porte de Brandebourg et Postdamer Platz. Ils y seront présents une heure durant avant de se montrer à nouveau pendant le même laps de temps à 15 h 30 et à 19 h.
    Vers 15 h, la chancelière se rendra au point de passage de la Bornholmer Strasse pour une promenade avec l'ancien président soviétique Mikhaïl Gorbatchev, l'ex-président polonais Lech Walesa, ainsi que des militants des droits civiques et des témoins de l'époque. Dans la soirée du 9 novembre 1989, des milliers de Berlinois de l'Est s'étaient massés à cet endroit pour passer à l'Ouest dès l'annonce des autorités est-allemandes sur l'autorisation des voyages à l'étranger. Angela Merkel, qui vivait à Berlin-Est, s'était alors jointe à la foule en fin de soirée pour une promenade à l'Ouest.
    Vers 18 h, le président Horst Kohler recevra les invités d'honneur, dont plusieurs chefs d'État et de gouvernement, et prononcera une allocution de bienvenue.
    À 19 h doit officiellement commencer, en musique, devant la Porte de Brandebourg, une grande « Fête de la liberté » dédiée à la soirée du 9 novembre 1989. Sous la direction du chef Daniel Barenboim, la Staatskappelle de Berlin doit interpréter des oeuvres de Wagner, Schönberg et Beethoven. Puis, une demi-heure plus tard, les dirigeants présents doivent passer la porte de Brandebourg avant des allocutions du maire de Berlin, Klaus Wowereit, de Mme Clinton, de M. Brown, de M. Medvedev, de M. Sarkozy et de Mme Merkel.
    Des acteurs de l'époque, Mikhaïl Gorbatchev et l'ancien ministre ouest-allemand des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher, prononceront des discours avant de laisser place à un spectacle. Les dominos géants en polystyrène tomberont dans un effet domino rappelant l'automne 1989.
    Dans le cadre du programme événementiel et musical qui sera notamment marqué par un concert en la cathédrale de Berlin, le chanteur américain Jon Bon Jovi interprétera la chanson We Weren't Born to Follow , tandis qu'à l'initiative du Britannique Martin Butler, une chaîne humaine se formera à l'endroit du mur pour recréer un monument temporaire invitant à la réflexion.
    Ces rendez-vous seront suivis d'un feu d'artifice, avant un dîner offert par Angela Merkel en l'honneur des chefs des délégations.