Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Informatique Hadopi 2 validé par le Conseil Constitutionnel

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 23 Octobre 2009.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 684
    246
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Tout juste un mois après le vote du projet de loi Hadopi 2 par l’Assemblée nationale, et trois semaines après le dépôt du recours, par le groupe socialiste à l’Assemblée Nationale contre le texte — recours qui porte surtout sur le non-respect de l’ensemble des garanties procédurales (droit à un procès équitable, droits de la défense, présomption d’innocence, etc.) et la remise en cause du principe d’égalité devant la loi pénale — les Sages viennent de rendre leur décision sur la Constitutionnalité du volet sanction de la loi Création et Internet.
    Seul l’article 6.II de la loi a été censuré. Ce dernier permettait aux ayants droit de demander au juge de se prononcer sur la demande de dommages et intérêts de la partie civile dans le cadre de la procédure des ordonnances pénales. Il s’agissait d’une modification de l’ordre pénal, car cette procédure exclut par principe que le juge statue sur de telles demandes.
    Tous les autres griefs d’anti-constitutionnalité à l’encontre des articles 1er, 7, 8 et 11 ont été rejetés. Le Conseil constitutionnel, dans sa séance du 22 octobre 2009 (présidé par Jean-Louis DEBRÉ, et où siégeaient Guy CANIVET, Renaud DENOIX de SAINT MARC, Olivier DUTHEILLET de LAMOTHE, Valéry GISCARD d’ESTAING, Jacqueline de GUILLENCHMIDT, MM. Pierre JOXE, Jean-Louis PEZANT, Dominique SCHNAPPER et M. Pierre STEINMETZ) a donc décidé que : « _ - Le second alinéa de l’article 495-6-1 du code de procédure pénale, tel qu’il résulte de l’article 6 de la loi relative à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet, est déclaré contraire à la Constitution.
    - Les articles 1er, 7, 8 et 11 de la même loi, ainsi que le surplus de son article 6, ne sont pas contraires à la Constitution.
    - La présente décision sera publiée au Journal officiel de la République française. »

    Le communiqué de presse du Conseil Constitutionnel
    Le 22 octobre 2009, par sa décision n° 2009-590 DC, le Conseil constitutionnel a examiné le recours dont il avait été saisi par plus de soixante députés à l’encontre de la loi relative à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet dite « Loi Hadopi 2 ».
    À la suite de la loi du 12 juin 2009 dite « Hadopi 1 », partiellement censurée par le Conseil constitutionnel (n° 2009-580 DC du 12 juin 2009), la loi « Hadopi 2 » poursuit deux orientations principales. D’une part, elle soumet le jugement des délits de contrefaçon commis sur internet à des règles de procédure pénale particulières. D’autre part, elle institue deux peines complémentaires, délictuelle et contraventionnelle, de suspension de l’accès à un service de communication au public en ligne.
    Les députés requérants contestaient ces orientations et soulevaient des griefs à l’encontre des articles 1er, 6, 7, 8 et 11. Le Conseil a rejeté l’ensemble de ces griefs à l’exception de celui dirigé contre l’article 6.II de la loi. Il a, sur ce point, censuré la disposition relative au prononcé de dommages et intérêts civils par le juge de l’ordonnance pénale.
    I – L’article 1er de la loi porte sur la HADOPI et les pouvoirs de ses membres et de ses agents. Les requérants soutenaient que ces dispositions étaient obscures et ambiguës et demandaient au Conseil constitutionnel de les interpréter. Le Conseil a écarté ce grief au regard des termes clairs de la loi qu’il incombera aux autorités judiciaires d’appliquer.
    L’article 6 institue une procédure pénale spécifique applicable aux délits de contrefaçon commis par internet (jugement à juge unique et procédure simplifiée de l’ordonnance pénale). Le Conseil constitutionnel a déjà eu l’occasion de juger cette procédure conforme à la Constitution (Décision n° 2002-461 DC du 29 août 2002). Il a confirmé cette jurisprudence et écarté les griefs des requérants contestant cette procédure pénale.
    L’article 7 instaure une peine complémentaire, délictuelle, de suspension de l’accès à internet. Cette instauration ne méconnaît ni le principe de nécessité des peines ni le principe d’égalité devant la loi. Elle n’est notamment pas caractérisée par une disproportion manifeste entre l’infraction et la peine encourue. Son instauration relevait donc du pouvoir général d’appréciation du législateur.
    L’article 8 instaure la même peine complémentaire de suspension de l’accès à internet en matière contraventionnelle. Il reviendra au pouvoir réglementaire de définir les éléments constitutifs de cette infraction, dont le Conseil constitutionnel n’est pas saisi. Dès lors, le grief ne pouvait qu’être écarté.
    II – Le Conseil constitutionnel a censuré les dispositions de l’article 6.II de la loi permettant au juge de statuer par ordonnance pénale sur la demande de dommages et intérêts. Il a jugé que rien ne s’opposait à cette orientation mais qu’il incombait alors au législateur de fixer dans la loi les règles applicables et non de les renvoyer au décret. L’article 34 de la Constitution réserve en effet à la loi le soin de fixer les règles de procédure pénale. En l’espèce, le législateur a méconnu sa compétence ne fixant pas lui-même les précisions nécessaires à l’application de la loi. En conséquence, le Conseil constitutionnel a censuré, pour incompétence négative, à l’article 6.II de la loi, le deuxième alinéa de l’article 495-6-1 du code de procédure pénale.
    > Lire le projet de loi
    -> Lire le recours
    -> Lire les observations du gouvernement faites au Conseil constitutionnel (pdf)
     
  3. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 684
    246
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  4. anarchiste, autonome
    ..........

     
  5. PistolsPunk22
    Offline

    PistolsPunk22Membre du forum

    48
    0
    5
    Juin 2009
    ça aura une incidence sur Pirate-Punk ?
     
  6. Libert@ire!
    Offline

    Libert@ire!Animal Liberation Front ! Membre actif

    321
    0
    2
    Fev 2008
  7. , anarcho-syndicaliste, plateformiste
    J'ai pas lu mais non car Pirate Punk ne fait pas dans le P2P.
     
  8. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 684
    246
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  9. anarchiste, autonome
    Rien à foutre d'HADOPI, si Pirate-Punk venait qu'à avoir des problèmes en territoire français on n'aurait qu'à déménager dans un autre pays ou les lois sont beaucoup moins stricte. Et pour une multitude de raisons, je ne crois pas qu'on aura des problèmes.

    Sinon HADOPI c'est surtout une loi pour la répression des téléchargeurs, et non pas de ceux qui distribuent les téléchargements. Bref, l'inverse de ce qu'ils devraient logiquement faire. Pourquoi pas prendre les millions dépensés pour lutter contre les trafficants de drogue et les investir dans la répression des consommateurs tant qu'à y être...
     
  10. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 684
    246
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  11. anarchiste, autonome
    .....
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    9
  2. Réponses:
    3
  3. Réponses:
    2
  4. Réponses:
    0
  5. Réponses:
    0
  6. Réponses:
    0
  7. Réponses:
    0
  8. Réponses:
    0