Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Répression & dérives sécuritaires Guérilla dans les favelas

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par zarkax, 27 Novembre 2010.

  1. zarkax
    Offline

    zarkaxGANGNAM STYLE Membre actif

    1 515
    2
    139
    Oct 2009
    France
    Brésil : la police encercle deux favelas de Rio aux mains de narcotrafiquants
    D'importantes patrouilles militaires et policières sont toujours déployées dans les favelas du nord de Rio de Janeiro, où depuis dimanche dernier le gouvernement se livre à une guerre ouverte contre les narcotrafiquants. Les affrontements ont déjà fait 46 morts en six jours selon le dernier bilan. Le président brésilien Lula a tenu à assurer les autorités locales de son soutien inconditionnel.

    Les cariocas ont assisté ces derniers jours à de véritables scènes de guerre. Chars d'assaut, hélicoptères, et 1500 policiers et soldats ont été mobilisés pour reprendre le contrôle d'une des plus dangereuses favelas de Rio, Vila Cruzeiro.
    « Nous tournons une page importante de l'histoire de Rio », c'est en ces termes que le gouverneur de Rio, Sergio Cabral a salué la reprise de contrôle de cette favela. Il faut dire que les autorités n'ont pas lésiné sur les moyens.

    La situation reste toutefois tendue au nord de Rio. Les forces de l'ordre ont encerclé la zone pour empêcher la fuite d'environ 200 narcotrafiquants réfugiés dans la favela voisine de Morro do Alemao.

    Depuis le week-end dernier les trafiquants de drogue ont multiplié les attaques. Des voitures et des bus ont été incendiés, des postes de police mitraillés. En quelques jours, les narcotrafiquants ont réussi à semer la terreur dans la ville. Ils espéraient ainsi persuader les policiers de renoncer au nettoyage des favelas dirigées par les cartels.

    Un enjeu crucial pour les autorités de la ville qui joue leur crédibilité. Rio doit accueillir dans 4 ans la coupe du monde de football et les jeux olympiques en 2016.


    Brésil: escarmouches entre police et trafiquants de drogue dans une favela de Rio


    Des tirs isolés entre la police et des trafiquants de drogue se sont produits vendredi soir dans une favela du nord de Rio de Janeiro encerclée par des centaines de policiers et militaires, ont constaté des journalistes de l'AFP.
    L'agence britannique Reuters a confirmé dans la soirée que l'un de ses photographes, Paulo Whitaker, avait été blessé sans gravité à l'épaule pendant la couverture de la sixième journée d'une guerre déclarée aux narcotrafiquants dans la ville qui accueillera le Mondial de football en 2014 et les Jeux Olympiques en 2016.
    En tout, 800 militaires appuyés par 40 véhicules dont cinq blindés étaient sur le terrain en renfort des 600 policiers participant aux opérations depuis dimanche soir contre les trafiquants.
    Ces opérations ont fait au moins 34 morts, selon un dernier bilan officiel, tous des trafiquants, a dit la police.
    Devant ces violences, le Consulat général de France à Rio de Janeiro a conseillé aux résidents et touristes français de "restreindre leurs déplacements" dans les quartiers nord et ouest de cette ville qui attire des dizaine de milliers de touristes.
    Les militaires ont encerclé toutes les entrées du Complexo do Alemao, un ensemble de plusieurs favelas, parmi lesquelles Vila Cruzeiro et le Morro do Alemao.
    Plus de 200 narcotrafiquants se sont réfugiés au Morro do Alemao après que la police, appuyée par des blindés de la Marine, a pris le contrôle de Vila Cruzeiro jeudi.
    Policiers et militaires encerclent le Complexo do Alemao pour empêcher une nouvelle fuite des "narcos" mais les autorités de Rio ont toutefois déclaré qu'elles ne prévoyaient pas d'envahir dans l'immédiat ces quartiers pauvres où vivent 400.000 personnes.
    Près de 60% des militaires présents ont été en Haïti et ont l'expérience des actions en milieu urbain, selon le commandant de la Brigade d'infanterie de parachutistes, le général Fernando Sardemberg.
    Le gouverneur de Rio, Sergio Cabral, a déclaré vendredi que la contre-attaque sans précédent contre les trafiquants de drogue tournait une page de l'histoire locale.
    "Nous tournons une page importante de l'histoire de Rio", a-t-il affirmé au cours d'une conférence de presse.
    Sergio Cabral a lancé à son arrivée au pouvoir en janvier 2007 une offensive contre le crime organisé après plus de 30 ans d'indifférence des autorités locales.
    La population aide la police via le "disque-denuncia", un numéro de téléphone que les habitants peuvent utiliser pour donner des informations sur les "narcos".
    Les commerces ont rouvert vendredi dans la zone, mais la peur se lisait sur les visages. "Je suis terrorisée. J'ai ouvert parce que je dois payer le loyer et les factures, mais peut-être que dans dix minutes je devrais fermer", a dit Mariza, 44 ans, propriétaire d'un magasin de jouets.
    "Ils (les "narcos") sont tous là haut dans les collines. Mais quand ça tire, la police est aussi dangereuse que les bandits. On a très peur", confie Adelina, 69 ans, accélérant le pas devant une vingtaine de policiers en gilet pare-balles et lourdement armés.
    Le président Luiz Inacio Lula da Silva a assuré les autorités locales et les habitants de Rio de son "soutien à 100%".
    Le comité organisateur des JO de la ville a également apporté son "appui total" au gouvernement de Rio et a exprimé sa "confiance dans le projet de pacification" dans la ville.
    Les affrontements entre la police et les narcotrafiquants se sont soldés par 196 arrestations et 96 voitures et bus incendiés.


    Sources : Le parisien et RFI
     
  2. raven
    Offline

    ravenMembre du forum Membre actif

    281
    0
    2
    Fev 2010
  3. libertaire, auto-gestionnaire, progressite
    Le Brésil. L'exemple typique de la répression contre la pauvreté. Sans partir dans un long discours, je donnerai juste 2 chiffres : en 2007, il y a eu 50000 homicides au Brésil. En 2007, la police a tué 1260 personnes (officiellement...)...
     
Chargement...