Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Grippe A (H1N1) - La stratégie canadienne en question

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 6 Novembre 2009.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 719
    265
    2,134
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Grippe A (H1N1) - La stratégie canadienne en question

    Tant les autorités sanitaires que le fabricant du vaccin pour le pays, GlaxoSmithKline, soutiennent que le choix d'un fournisseur unique était la meilleure façon de protéger la population.

    [​IMG]
    H1N1



    Le Dr David Butler-Jones, administrateur en chef de la santé publique, soutient que le Canada a fait le bon choix en optant pour un fournisseur unique, en l'occurrence GlaxoSmithKline (GSK), pour le vaccin contre la grippe.

    Le chef de la santé publique soutient que l'administration a étudié la possibilité de faire appel à d'autres fournisseurs pour un apport d'appoint, citant par exemple Sanofi-Aventis qui a une usine aux États-Unis. Mais aucun ne produisait au Canada, « ce qui est un point majeur », a-t-il précisé.
    Pour étayer ses propos, il cite le fait que le Canada dispose de 6 millions de doses pour une population de 33 millions de personnes. Selon lui, le pays est ainsi celui qui a le plus de doses par personne de tous les pays du monde.

    Un contrat de 10 ans en cas de pandémie


    En septembre 2001, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada a signé un contrat d'approvisionnement de 10 ans avec l'entreprise Shire Biochem, plus tard passée aux mains de GSK. Celui-ci stipulait que Shire « devait se tenir constamment prête à produire au Canada et à fournir des vaccins dans l'éventualité d'une pandémie », notait le Bureau de la concurrence en 2006 lors de l'examen de l'achat d'ID Biomedical par GSK. Et ce, à hauteur de 8 millions de doses par mois.
    Ottawa a commandé à GSK 50,4 millions de doses le 7 août dernier et a homologué le vaccin le 21 octobre dernier.

    Les coûts de la vaccination

    La campagne de vaccination au pays coûtera 400 millions de dollars, selon les données publiées mercredi par le Conseil du Trésor à Ottawa. Le gouvernement fédéral paiera 60 % de cette facture, les provinces assumeront le reste. Mais ces 400 millions n'incluent pas les frais indirects de 78 millions engagés par Santé Canada, l'Agence de santé publique du Canada et l'Agence canadienne d'inspection des aliments, ni les 4,5 millions pour la campagne de sensibilisation. Les frais indirects que devra assumer chacune des provinces n'ont pas été précisés dans le document fédéral.

    Le ratio le plus élevé de vaccins par personne, soutient GlaxoSmithKline
    GSK, qui fabrique les doses à son usine de Sainte-Foy, au Québec, souligne aussi que le nombre de doses déjà fabriquées est élevé.
    L'entreprise a fabriqué des doses pour 20 % de la population jusqu'à présent, comparativement à 10 % aux États-Unis qui disposent de cinq fournisseurs, expose Paul Lucas, PDG de GSK au Canada. En chiffres réels, cela représente 6 millions de doses pour le Canada et 25 millions pour les États-Unis, a-t-il précisé.

    Il a vanté au passage le gouvernement de s'être doté d'un plan de vaccination à temps.
    Devant le Comité permanent de la santé, le 26 octobre dernier, M. Lucas avait déclaré que le Canada serait « l'un des premiers pays au monde à disposer de suffisamment de vaccins pandémiques pour immuniser la totalité de sa population ».

    Le PDG de la pharmaceutique précise que la livraison de vaccins a pris du retard lorsque le gouvernement lui a demandé de produire 1,2 million de doses de vaccins sans adjuvant en septembre. Et d'ajouter qu'il s'agit d'une production en temps réel, très différente des vaccins contre la grippe saisonnière.
    Quant aux vaccins envoyés aux pays en voie de développement, M. Lucas assure qu'il s'agit d'un don d'antigènes, ce dont dispose l'entreprise en quantité suffisante. GSK a prévu envoyer 20 % de sa production de son usine canadienne aux pays en voie de développement, soit 50 millions de doses.

    GlaxoSmithKline en bref

    Fruit de la fusion entre Glaxo et SmithKline en 2000, cette compagnie pharmaceutique basée à Londres et à Philadelphie emploie quelque 100 000 employés dans le monde, dont 3300 au Canada.

    La pharmaceutique soutient figurer au « nombre des 15 principaux investisseurs en recherche-développement, ayant consacré plus de 156 millions de dollars dans ce secteur en 2008 seulement ».

    GSK a acquis l'entreprise ID Biomedical en 2005 pour 1,7 milliard, qui avait elle-même acheté le fabricant Shire BioChem en 2004. GSK a ainsi mis la main sur l'usine de fabrication de vaccins de Sainte-Foy, au Québec. Elle dit y avoir depuis investi 200 millions, afin de « tripler la capacité de production et de presque doubler la capacité de remplissage ».

    Laval accueille aussi un centre de recherche et de développement de vaccins pour l'Amérique du Nord, ce qui représente un investissement d'environ 50 millions.
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    2
  2. Réponses:
    0
  3. Réponses:
    0
  4. Réponses:
    2
  5. Réponses:
    3
  6. Réponses:
    0
  7. Réponses:
    18