Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Luttes vertes GAZ DE SCHISTE : Reprise des explorations par total

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par 2077, 14 Septembre 2011.

  1. 2077
    Offline

    2077Membre à tif' Membre actif

    54
    0
    4
    Mai 2010
  2. libertaire, internationaliste, auto-gestionnaire
    La mobilisation contre les gaz de schiste a été vive en début d'année. Pour exemple, plus de 10 000 personnes pour dire "non aux gaz de schiste" à Villeneuse-de-Berg (sud Arèche) en février dernier. (Archive ML)

    De Montpellier jusqu'au nord de Montélimar, le long du Rhône, sur une zone de 4 327 km2. Le groupe pétrolier Total a indiqué lundi qu'il souhaitait continuer à rechercher du gaz de schiste dans le sud-est de la France, dans le cadre d'un permis exclusif obtenu en 2010, mais sans avoir recours à la technique de la fracture hydraulique, désormais interdite.

    Dans le cadre de la loi adoptée en juillet sur l'exploration et l'exploitation des gaz et huile de schiste, les titulaires de permis avaient jusqu'au 13 septembre pour déclarer la technique utilisée et s'ils renonçaient ou pas à leurs droits d'exploration. Dans le cas d'utilisation de la fracture hydraulique, les permis devraient être abrogés par le gouvernement. Total ne précise pas quel type de technique il va donc utiliser si jamais les recherches de cet hydrocarbure non conventionnel sont concluantes.

    Total explique, dans un communiqué, avoir déposé auprès de l'administration française, un rapport "motivé par la volonté du groupe de préserver les droits à l'exploration d'un domaine minier, droits qui lui ont été attribués en mars 2010 pour une durée de 5 ans". Ce permis dit "de Montélimar" couvre une zone de 4 327 km2 le long du Rhône, du nord de Montélimar jusqu'à Montpellier. "Le programme de travail décrit dans le rapport ne prévoit pas de recours à la technique de la fracturation hydraulique", ajoute le groupe.

    Dans un premier temps, Total compte terminer "la phase d'études préliminaires lancée en 2010" visant à analyser les données déjà existantes sur le sous-sol de cette zone. Ensuite, si les résultats sont jugés "encourageants", le pétrolier prévoit "une phase de forage destinée à recueillir des échantillons de roches" pour mieux déterminer le potentiel en hydrocarbures de la zone. "Aucun test de production ne sera réalisé à ce stade", explique Total.

    Enfin, "si la présence d'une accumulation significative d'hydrocarbures est confirmée, il sera alors envisagé, dans une troisième et dernière phase d'exploration, d'évaluer la capacité de production de ces réservoirs", poursuit le groupe. Sans plus de détails, il indique que les techniques utilisées dépendront des caractéristiques des réservoirs d'hydrocarburants et celles qui seront "disponibles et autorisées par la loi" à ce moment-là. La France est le premier pays à avoir interdit l'usage de la technique de la fracturation hydraulique, jugée hautement polluante.


    http://www.midilibre.fr/2011/09/12/gaz-de-schiste-total-souhaite-poursuivre-son-exploration-en-france,386437.php
     
  3. John Murray
    Offline

    John MurrayMembre du forum Membre actif

    109
    22
    1
    Sept 2013
    France
  4. libertaire, individualiste
    je pense qu'il est important de garder un oeil sur le dossier gaz de schiste
    en France de manière à être prêts à réactiver les mobilisations très rapidement
    il y a en ce moment un lobbying intense de la part des principales compagnies
    impliquées dans la prospection et l'exploitation et les gouvernements n'ont pas
    de scrupules à jouer du chantage à l'emploi pour justifier les décisions impopulaires
    (voir les différents articles sur le thème sur les sites bastamag ou reporterre)
     
  5. KickTick
    Offline

    KickTickMembre du forum

    1 344
    43
    144
    Mai 2012
    Germany
  6. extrême-gauche, révolutionnaire
  7. KickTick
    Offline

    KickTickMembre du forum

    1 344
    43
    144
    Mai 2012
    Germany
  8. extrême-gauche, révolutionnaire
    La GRC a arrêté au moins 40 personnes pour des infractions en matière d'armes à feu, de profération de menaces, d'intimidation et de non-respect d'une ordonnance du tribunal.

    La violence a éclaté lors d'une intervention policière dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, jeudi, dans le cadre d'une opération visant à faire respecter une ordonnance de la cour pour faire tomber une barricade de manifestants.

    Ces derniers s'opposent à toute activité de l'industrie gazière dans la région. Ils estiment que ces activités menacent l'environnement.

    L'avocat représentant la communauté autochtone d'Elsipogtog, affirme que des membres du conseil de bande et le chef de la réserve font partie des personnes arrêtées.

    Plusieurs véhicules ont été incendiés, dont au moins cinq de la GRC.

    La GRC a aussi trouvé des engins suspects sur les lieux et tente de déterminer s'il s'agit d'engins explosifs.

    Les policiers ont employé du gaz poivré contre un groupe de manifestants qui essayait de rompre leurs rangs, vers 13 h. Les actes de violence ont ensuite commencé.

    Les camions de l'entreprise SWN Resources ont quitté les lieux.

    Marc Picard, un résident de Cocagne qui a manifesté à plusieurs reprises à cet endroit, n'était pas présent lors de l'opération policière, en matinée, mais il a réagi aux événements ayant précédé les actes de violence.

    « Je suis vraiment déçu de voir qu'il faut que ce soit rendu à ce point-ci pour protéger notre planète. Mes émotions sont vraiment élevées. J'ai des amis qui se sont fait arrêter juste là. J'ai entendu des coups de fusil et tout », affirme Marc Picard.

    Des dizaines de policiers ont fermé des routes pour la durée de l'opération. La route 11 a été fermée entre Richibucto et Sainte-Anne-de-Kent, et la 134 a été fermée près de Rexton. Entre-temps, les automobilistes doivent emprunter une autre route pour leurs déplacements.

    L'automobiliste Claude Richard, qui se trouvait sur la 134 tôt jeudi matin, a affirmé que des centaines de voitures avancaient à pas de tortue. Il a ajouté que les agents disaient aux gens de renter chez eux ou de trouver une autre route, et qu'ils ne précisaient pas combien de temps allait durer l'opération.

    La GRC ne fait pour sa part aucun commentaire. Les policiers sont présents en grand nombre. Des ambulances sont aussi sur place.

    Par mesure de précaution, les trois écoles de la communauté de Rexton sont en mode de verrouillage.

    La circulation sur ces routes a été partiellement ou entièrement fermée ces dernières semaines, en raison de manifestations contre les tests sismiques de l'entreprise SWN Resources.

    L'injonction, qui est en vigueur depuis le 3 octobre, oblige des manifestants dans la région de Rexton à laisser passer les véhicules de recherche de gaz de schiste. Elle autorise les policiers à effectuer des arrestations et à déplacer les gens qui bloquent le passage des employés de l'entreprise.
     
  9. KickTick
    Offline

    KickTickMembre du forum

    1 344
    43
    144
    Mai 2012
    Germany
  10. extrême-gauche, révolutionnaire
    LCE
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    0
  2. Réponses:
    0
  3. Réponses:
    0
  4. Réponses:
    5
  5. Réponses:
    1
  6. Réponses:
    0
  7. Réponses:
    0
  8. Réponses:
    0