Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Luttes vertes Fukushima : une brèche découverte dans le réacteur n° 2 ... Plusieurs mois pour tout arrêter

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 4 Avril 2011.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 757
    289
    2,134
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Les « liquidateurs » de la centrale ont identifié une fuite d'eau hautement radioactive dans l'un des six réacteurs. Le Premier ministre, Naoto Kan, visite la zone sinistrée.

    La bataille sans relâche des ouvriers et des techniciens dépêchés par Tokyo Electric Power Co (Tepco) à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi endommagée par le séisme et le tsunami du 11 mars se focalisait ce week-end sur une fissure dans un puits de béton du réacteur n° 2 où la radioactivité atteint 1.000 millisieverts par heure.

    Découverte samedi, cette brèche de 20 centimètres déverse dans l'océan Pacifique de l'eau contenant 79,4 becquerels par litre. Presque deux fois plus que la limite consentie de 40 becquerels par litre. Aussitôt décelée la fente a fait l'objet d'une première tentative de colmatage au béton. Peine perdue. Hier, les « liquidateurs » de la centrale ont opté pour des polymères absorbants. « Nous espérons que les polymères absorberont l'eau et combleront la conduite pour l'empêcher de fuir », a expliqué Hidehico Nishiyama, directeur général adjoint de l'Agence de sûreté nucléaire et industrielle. Seule consolation : la découverte de la fuite permet de tirer au clair la raison de « l'élévation des niveaux de radiation dans l'eau de mer proche de la centrale ».

    Plusieurs mois pour tout arrêter

    Pour l'heure, aucune autre brèche n'a été découverte dans les puits de béton des cinq autres réacteurs de Fukushima-Daiichi. Afin de collecter l'eau contaminée de la centrale, a été mobilisée une plate-forme flottante de 136 mètres de long et 46 mètres de large dotée de réservoirs d'une capacité de 10.000 tonnes. Son arrivée sur place serait proche. En attendant, on poursuit le travail de refroidissement des réacteurs. Selon le journal « Yomiuri Shimbun », 550 tonnes d'eau sont jetées quotidiennement dans les réacteurs.

    Sur le plan politique, Naoto Kan, le Premier ministre japonais, s'est rendu samedi pour la première fois dans la région ravagée par le séisme et le tsunami. En s'adressant aux forces qui tentent d'éviter la catastrophe nucléaire, il leur a dit avec gravité que leur combat « détermine le sort du Japon » . Commentant l'évolution de la situation, un conseiller du Premier ministre Naoto Kan a avoué qu'il faudrait plusieurs mois pour arrêter les émanations radioactives produites par quatre des six réacteurs de Fukushima-Daiichi. Quant à Yukio Edano, le secrétaire général du gouvernement, il a dit que l'exécutif va préciser les critères d'évacuation des zones sinistrées en fonction des prochains résultats de l'analyse des radiations au sol et dans l'air.








    Les employés de Tepco tentent, ce dimanche, d'injecter une colle polymère pour boucher la brèche dans une fosse liée au réacteur 2.


    79,4 becquerels par litre d'eau. C'est le taux d'iode radioactif mesuré sur des échantillons d'eau de mer, prélevés le 30 mars à 40 km au sud de la centrale nucléaire de Fukushima. La limite légale est de 40 becquerels par litre. En cause: une brèche de 20 cm découverte dans une fosse reliée au réacteur 2.

    Les ouvriers engagés dans une longue bataille pour empêcher une catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima tentent dimanche de colmater cette brèche. Une première tentative de colmatage à l'aide de béton a échoué samedi, a indiqué Tepco. Des ouvriers comptaient utiliser dimanche une colle polymère.

    Dans la centrale, le rétablissement de l'alimentation électrique afin de faire fonctionner les circuits de refroidissement des quatre réacteurs endommagés est lent. En effet, d'énormes quantités d'eau utilisées pour le "lessivage" des barres de combustible ont inondé les salles des turbines et les galeries souterraines, empêchant toute intervention humaine. Tepco doit donc évacuer ces nappes hautement radioactives tout en colmatant la brèche.

    Une plateforme flottante en acier de 136 mètres de long et 46 mètres de large devrait arriver dans les prochains jours en face de Fukushima Daiichi. Ses réservoirs d'une capacité de 10.000 tonnes pourraient servir à évacuer l'eau contaminée de la centrale.

    Deux barges de la marine américaine ont également acheminé de l'eau douce, qui est en cours de transvasement dans des cuves utilisées pour le refroidissement des réacteurs et des piscines de combustible usé. Selon le journal Yomiuri Shimbun, 550 tonnes d'eau sont injectées chaque jour dans les réacteurs.

    Cet accident, le plus grave depuis la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986, "va être une longue bataille", a reconnu Goshi Hosono, conseiller du Premier ministre japonais, lors d'une interview dimanche à la télévision Fuji TV.

    Il a notamment souligné qu'il faudrait "probablement plusieurs mois avant de stopper les fuites radioactives". "Le plus grand défi concerne les quelque 10.000 barres de combustible usé dont le retraitement prendra très longtemps", a-t-il ajouté.
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    16
  2. Réponses:
    0
  3. Réponses:
    0
  4. Réponses:
    0
  5. Réponses:
    15
  6. Réponses:
    0
  7. Réponses:
    0
  8. Réponses:
    0