Chargement...

FLOWER BOMB : Nouvelle morale, Même gouvernance. (VEGAN)

Discussion dans 'Bibliothèque anarchiste' créé par IOH, 7 Mars 2019.

  1. IOH
    Offline

    IOHMembre du forum

    1 006
    166
    20
    Avr 2017
    Martinique
    Nouvelle morale, Même gouvernance ~

    "La morale est une idée de bon sens sur laquelle nous sommes tous d'accord. Nous devons étendre la moralité aux animaux non humains." -Logique que l'on retrouve couramment dans le mouvement végétalien.

    La plupart des mouvements qui tentent d'apporter un changement social en masse s'appuient sur la tactique de "l'appel à la moralité" comme méthode principale pour obtenir un soutien. Par exemple, "Meat is Murder" est un slogan courant au sein du mouvement de défense des droits des animaux. Cette accroche repose sur l'hypothèse que tout le monde est contre le meurtre puisque, selon la même logique, le meurtre est moralement répréhensible. Mais cela suppose qu'il existe une morale singulière et universelle qui guide les décisions de chacun alors qu'en réalité, elle peut avoir des interprétations différentes pour certains, et ne guider que ceux qui l'adoptent au départ. Par exemple, certains moralistes autoproclamés défendent les manifestations violentes du patriarcat ; d'autres prônent la suprématie blanche et de nombreux moralistes soutiennent la violence envers les animaux non humains. Le " bon sens " n'est commun qu'à ceux qui font partie d'un groupe spécifique, qui ressentent le besoin d'universaliser ses principes. Mais le " bon sens " ne s'applique pas aux personnes extérieures à ce groupe qui ont des intérêts personnels qui vont à l'encontre de son " bien " collectif présumé. Souvent, ce n'est pas le manque de moralité qui pose problème, mais l'existence même de la moralité, c'est-à-dire l'ensemble des principes et des valeurs indépendants de la complexité de l'intérêt personnel, qui guide et justifie extérieurement ses actions.

    L'anthropocentrisme est la croyance que les êtres humains sont l'entité la plus importante de l'univers. L'anthropocentrisme interprète ou considère le monde en termes de valeurs et d'expériences humaines. Le terme peut être utilisé de façon interchangeable avec l'humanocentrisme, et certains parlent de suprématie humaine ou d'exceptionnalisme humain. -Wikipédia

    La morale anthropocentrique fournit la justification d'un large éventail de catastrophes écodestructrices et domestiques. Représentant une vision du monde qui construit la dichotomie homme/animal, l'anthropocentrisme est renforcé par une société capitaliste-industrielle qui exige la mort et la destruction à grande échelle de la faune sauvage pour exister. La "droiture" de la domination humaine fournit la normalisation sociopolitique nécessaire pour pacifier toute possibilité d'indignation émotionnelle contre cette violence systématisée. Donc, entre la morale végétalienne et la morale anthropocentrique, laquelle a "raison" ?

    Le nihilisme moral est la vision méta-éthique selon laquelle rien n'est moralement bien ou mal. Il n'y a pas de traits moraux dans ce monde ; rien n'est bon ou mauvais. Par conséquent, aucun jugement moral n'est vrai ; cependant, nos jugements moraux sincères essaient, mais échouent toujours, de décrire les caractéristiques morales des choses. Ainsi, nous tombons toujours dans l'erreur lorsque nous pensons en termes moraux. Nous essayons de dire la vérité quand nous portons des jugements moraux. Mais puisqu'il n'y a pas de vérité morale, toutes nos revendications morales sont erronées. -Wikipédia

    La morale est une construction sociale qui ne représente pas une vérité universelle, ni les intérêts de tous les peuples. Bien qu'elle ne tienne pas compte non plus des circonstances complexes dans lesquelles les décisions fondées sur la morale ne sont pas pratiques, la moralité limite la portée de la prise de décision et de l'action individuelle. Par conséquent, pour conditionner la moralité à une échelle de masse, il faut une obéissance rigide qui nécessite un appareil violent tout aussi rigide pour l'appliquer.

    Obéir à la moralité, quelle qu'elle soit, exige de mettre de côté l'expérience individuelle et les motivations personnelles d'intérêt personnel. Cela signifie aussi qu'il faut faire abstraction des considérations pragmatiques concernant les conséquences pratiques de la décision morale de chacun. Dans la société, la morale est conditionnée socialement afin de maintenir un système de croyances standardisé. Ce système décourage la pensée individualiste et la remise en question non seulement de ce système, mais aussi des fondements de l'autorité en général. La principale méthode pour ce découragement est de faire connaître une croyance désirée comme un "bon sens" ou une normalité que "tout le monde" connaît ou suit. Cela place immédiatement le "groupe" au-dessus de l'"individu". Avec l'intérêt personnel individuel, on peut refuser d'obéir sans s'interroger, donc la pensée de groupe est socialement renforcée pour décourager la responsabilité individuelle, la créativité et la pensée pour soi-même. Parmi les exemples de l'hostilité socialisée déployée à l'égard de l'individualisme, on peut citer l'étiquetage de ceux qui affirment leur individualité comme "égoïstes" ou "égoïstes" et donc indésirables.

    Un mouvement qui moralise le véganisme signifie la mise en place d'un autre système social qui appliquerait de nouvelles lois et normes fondées sur la moralité. Non seulement cela nécessiterait un appareil (ironiquement) violent pour le renforcement, mais il n'y aurait toujours pas de garantie d'un capitalisme plus "pacifique", plus "compatissant". Tant qu'il y aura des systèmes de gouvernance (y compris le "capitalisme compassionnel" contradictoire), il y aura des rebelles. Tant qu'il y a des lois, il y a de la corruption au sein même de l'appareil qui les applique.
    En tant que projet social à la fois historique et contemporain visant à créer la paix et la compassion à grande échelle, le moralisme a échoué.
    ~ Au-delà de la morale : aucun gouvernement ne pourra jamais nous donner la liberté.

    L'anarchie est l'absence de gouvernement et la liberté absolue de l'individualité. -Wikipédia

    Les mêmes appareils de coercition qui renforcent la moralité (religion, État, etc.) sont les ennemis de la liberté. Alors que l'on pourrait dire que ces institutions pourraient renforcer la moralité végétalienne qui libérerait les animaux non humains, ces mêmes institutions ont besoin d'une soumission individualiste à leur " bien " collectif. Mais leur bien ne serait pas un "bien" à moi ; ce serait leur réflexion sur le mien, renforcé par sa prétendue "vérité universelle". C'est la même logique de contrôle et de domination qui est utilisée par ceux qui dominent et consomment des animaux non humains. Guidés par les valeurs de la suprématie humaine, il existe un sentiment de droit qui les place au-dessus de toute question. Le même appareil qui conditionne la moralité tient cette position "incontestable". Mais en tant qu'individu, non seulement je le conteste, mais je le rejette dans son ensemble.

    Mon individualisme est renforcé par l'intérêt personnel et la prise de décision éclairée. Mon refus d'abandonner mon esprit au "bien commun" de consommer la chair et les sécrétions d'animaux non humains est le reflet de ma propre rébellion. Avec l'inspiration d'autres végétaliens, j'ai réalisé le pouvoir de penser de manière indépendante, égoïste et égoïste - contre la société de masse dont les traditions et les valeurs normalisées sont en conflit avec mes intérêts. En tant qu'individualiste, être végétalien est pratique pour étendre l'autonomie individuelle aux animaux non humains. Mon refus de renforcer socialement leur statut de marchandise leur permet le droit naturel d'exister en tant qu'individus autonomes, de la même manière que je m'attendrais à être respecté par les autres. Je refuse de participer individuellement à la normalisation massive de leur domination.

    Pour moi, l'anarchie signifie la négation individuelle des lois, de l'ordre et des systèmes. Cette anarchie ne s'oppose pas seulement à la morale végétalienne et anthropocentrique, mais à la morale tout entière : la morale étant la forme abstraite de gouvernance qui tente de subjuguer mon individualité. Mon véganisme n'a pas besoin d'une gouvernance externe pour l'appliquer ou le guider. C'est un choix individualiste qui reflète la cohérence et l'aspect pratique de vivre ma vie contre l'autorité.

    Pour que le véganisme soit logiquement compatible avec la libération des animaux, il doit être anti-autoritaire. A partir de là, la totalité de la civilisation capitaliste et industrielle doit être remise en question. Etre végétalien et pro-capitaliste est une contradiction car le plein fonctionnement du capitalisme exige une exploitation à grande échelle des ressources naturelles, détruisant et anéantissant ensuite des écosystèmes entiers. Le capitalisme exige l'expansion de l'industrialisation technologique pour répondre aux exigences de la société de masse. La société de masse a besoin du déplacement sans cesse croissant de la faune et de la flore sauvages pour abriter la population humaine croissante. La civilisation est enracinée dans l'agriculture qui est basée sur la formule de base qui consiste à prendre plus de la terre que de la remettre en culture. Il en résulte des dommages irréversibles à tous les écosystèmes qui affectent directement les animaux non humains.

    Etre végan et pro-étatiste est une contradiction, puisque le véganisme vise la libération animale, alors que l'Etat est l'antithèse de la libération - renforçant les lois qui utilisent la force physique pour contraindre tous les êtres à se conformer. Le dénominateur commun avec l'État et la morale végétalienne est la position commune en tant que " vérités universelles " au-dessus de l'individu. Les deux contraignent ; l'un mentalement et l'autre physiquement. Tous deux complimentent les intentions de l'autre de conditionner "les masses", et tous deux encouragent le mépris de l'intérêt personnel, de la créativité et de la responsabilité personnelle de chacun.

    Si la base de la libération des animaux est la liberté, il est contradictoire d'habiliter un organisme gouvernemental à appliquer des lois fondées sur la morale aux individus. Si les humains sont en fait des animaux et que le but végétalien est la libération des animaux, pourquoi les animaux " humains " ne se libéreraient-ils pas des mêmes chaînes du spécisme et de la gouvernance ? Le spécisme est renforcé par la suprématie humaine, et si la suprématie humaine doit être démantelée socialement, la libération animale s'applique à tous. De ce point de vue, le gouvernement n'est pas nécessaire pour accorder des droits : le droit à l'autonomie corporelle et à l'égalité va de pair avec le démantèlement de la gouvernance - tant la gouvernance de la moralité que l'étatisme.

    Ce n'est pas une morale qui régit mes actions, mais plutôt un désir individualiste de faire la guerre à tous les systèmes, moraux ou non, qui tentent de me soumettre et de détruire la terre dont j'ai besoin pour survivre. Ma décision de devenir végétalienne ne venait pas d'une morale végétalienne ou d'une nouvelle loi m'interdisant de consommer de la chair et des sécrétions. C'est le fruit d'une libre pensée non gouvernée qui m'a permis de voir la société d'un œil critique et de découvrir des façons pragmatiques de mettre en œuvre mon propre projet de libération. Ma pratique anarchiste végétalienne est une affinité partagée avec les non-humains qui luttent contre les contraintes et les dispositifs de torture de la technologie moderne, les abattoirs et l'enfer fait par l'homme de la société industrielle. Il n'y a ni Dieu, ni gouvernement, ni morale pour nous sauver. Seulement notre moi individuel, les décisions que nous prenons et les actions que nous prenons.

    ~ Arming the will to survive with attack ~

    Sauvage (d'un animal ou d'une force de la nature) féroce, violent et incontrôlé. -Wikipédia

    Un principe commun de moralité est l'engagement à la non-violence. En tant qu'individualiste, je trouve la violence utile dans certaines circonstances et peu pratique dans d'autres. Mais c'est cette utilisation illimitée de la violence que la non-violence fondée sur la moralité interdit. Lorsqu'il s'agit de la libération des animaux (ou du point de vue étatiste, des droits des animaux), le véganisme est souvent présenté comme un mouvement "sans cruauté", "sans mal" ou "non-violent". Non seulement cela ne tient pas compte des exemples historiques de libérations animales réussies par la violence, mais cela favorise également une gamme limitée d'activités stratégiques. Le renforcement d'une morale non-violente décourage le recours à la violence contre les institutions et les agents individuels de la domination spéciste. La suprématie humaine utilise toutes les voies de la violence pour maintenir son contrôle. Limiter l'arsenal de résistance à la simple défense plutôt que d'incorporer l'attaque, c'est limiter stratégiquement l'éventail des possibilités et du potentiel pour faire progresser la libération animale. Lorsque la libération des animaux est confinée à l'arène légale de l'étatisme, l'action de l'insurrection individuelle a été abandonnée.

    Au sein de la société de masse, le spécisme n'est pas seulement confiné aux épiceries ; il est aussi ancré dans les traditions sociales et culturelles renforcées par la participation individuelle. Par conséquent, les individus reproduisent socialement la normalisation de l'abus, du contrôle et de la domination des animaux non humains. Et tandis que certains de ces individus pourraient s'émanciper de la mentalité spéciste du droit centré sur l'être humain, d'autres pourraient l'adopter et le défendre. Par conséquent, la violence devient une tâche nécessaire à accomplir par les individus qui refusent de rester les bras croisés et de permettre la reproduction sociale de la moralité et des pratiques anthropocentriques.

    Je trouve des affinités avec ceux de la nature sauvage qui luttent contre les machines de la société industrielle et ceux qui luttent pour défendre les habitats écologiques dans lesquels ils survivent. La nécessité d'une confrontation intensifiée avec le spécisme est un besoin qui englobe une attaque anti-autoritaire contre l'idéologie et les institutions du capitalisme, l'État et la moralité anthropocentrique. Au-delà d'une simple réforme législative, la libération des animaux dans cette perspective nécessite la destruction de toutes les cages et de tous les appareils qui captivent physiquement les animaux non humains. Simultanément, une guerre menée contre les forces de la captivité et de l'esclavage animal "humain" ouvre des voies d'exploration au-delà du complexe de supériorité - le rôle et l'identité de l'"humain" par opposition à l'animal et au sauvage.

    Par des ruptures spontanées de l'ordre civilisé, la sauvagerie végane affirme sa résistance en s'attaquant aux fondements qui produisent l'esclavage. De la non-participation à l'insurrection sauvage, l'anarchie est la personnification de tout individu ayant le courage de devenir sauvage contre la subordination domestique.

    Mais la sauvagerie végane n'est pas seulement le véganisme violent : c'est la célébration de la vie contre les lois de la morale, de la civilisation, du contrôle et de la domination. C'est le refus d'internaliser la vision capitaliste-industrielle de l'autre comme de simples objets à exploiter, à consommer ou à asservir. Cela permet aux individus de se définir comme leurs propres êtres autonomes, armés de l'agence pour attaquer ceux qui tentent de les soumettre.

    En tant qu'anarchiste végétalien, mon combat pour la liberté est parallèle aux luttes menées par les sauvages depuis l'aube de la société industrielle et de la domestication civilisée. Quels sauvages nous devons être - lutter pour la liberté à chaque respiration, récupérer nos vies par tous les actes de violence contre les machines du contrôle social et de la domination ! Tandis que les mouvements moraux continuent d'ignorer la réalité vitale de la nécessité violente amorale, certains d'entre nous continuent de faire la guerre au spécisme avec rien de plus qu'un feu pour la liberté dans leur cœur. En solidarité avec la nature et en défense du terrain écologique que j'habite, mon combat est féroce et ingouvernable. Vers le véganisme au-delà de la morale, vers l'effondrement industriel et la libération totale !
     
  2. IOH
    Offline

    IOHMembre du forum

    1 006
    166
    20
    Avr 2017
    Martinique
    j'ai fais un doublon, on peut supprimer ce topic ci.
    le titre est en fait : ce que nous devons être, des végétaliens sans morale
     
Chargement...

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 2)

  1. IOH
  2. Dom Veganarchiste