Chargement...

Documentaire Femmes au bagne, les oubliées de l'Histoire (2017) Doc 1h - Nouveau lien !

Discussion dans 'Documentaires et films' créé par allpower, 26 Mars 2018.

  1. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    8 909
    1 474
    4,680
    Nov 2012
    Femmes au bagne, les oubliées de l'Histoire
    réalisé par Hélène Trigueros
    2017
    1h


    [​IMG]

    Entre 1858 et 1905, la France a envoyé 2 000 femmes dans ses colonies pénitentiaires de Guyane et de Nouvelle-Calédonie. Ce documentaire donne vie à ces grandes oubliées de l'Histoire.

    Ultime sentence, damnation par excellence, le bagne n'a pas concerné que les hommes. Condamnées pour meurtres, infanticides, crimes politiques, mais aussi pour des délits mineurs, des femmes ont, elles aussi, connu le pire des châtiments. Le destin de ces bagnardes est un épisode méconnu de l’histoire des bagnes coloniaux français, qui demeure particulièrement tragique.
    Le Second Empire, puis la Troisième République, entendent se débarrasser de ces indésirables, de peur d'une contagion sociale. Mais le dessein est aussi politique : la fin de l'esclavage en Guyane a pour conséquence immédiate le départ de la main d'oeuvre servile hors des plantations et l'effondrement de son économie.
    Parmi ces femmes, certaines étaient destinées à contracter des mariages avec des bagnards libérés et à fonder des familles. Aujourd'hui, leurs descendants portent encore le poids de ce tabou historique et familial.

     
    Dernière édition: 9 Mars 2020
    Dagomir apprécie ceci.
  2. patchec
    Offline

    patchecNouveau membre

    5
    1
    0
    Avr 2014
    France
    Merci pour ce doc...
     
    allpower apprécie ceci.
  3. IOH
    Offline

    IOHMembre du forum

    1 142
    214
    23
    Avr 2017
    France
    Parmi elles, Lumina Sophie, je sais pas si ils en parle dans le doc, mais voilà son histoire affreuse qui commence en Martinique :

    En 1870, Léopold Lubin, jeune Noir, refuse de laisser la priorité de passage sur un guet à Augier de Maintenon, béké (habitant créole blanc descendant des premiers colons européens). En réponse à son refus, il est jeté à bas de son cheval et frappé à coup de cravache. Lorsque, deux mois plus tard, Léopold Lubin se venge en rendant la pareille à Augier de Maintenon, il est arrêté immédiatement et lourdement condamné. Cette condamnation déclenche immédiatement une vague de solidarité et une grande insurrection. En septembre, Lumina fait partie de la foule qui se rassemble sur la place du marché de Rivière-Pilote. Le 22 du même mois, la population du sud de la Martinique s’embrase. Bien qu’enceinte de deux mois, Lumina participe à l’insurrection.

    La foule en colère, Lumina comprise, marche vers l’habitation La Mauny. Y réside monsieur Code, membre du jury dans l’affaire Lubin qui se vante publiquement de l’avoir fait condamner. L’homme a également hissé un drapeau blanc, symbolisant la période esclavagiste. Code est abattu de sept balles, et l’état d’urgence est proclamé en Martinique, dans 15 communes. L’armée est mobilisée et l’insurrection est défaite le 26 septembre. Ce jour-là, et quelques semaines qui suivent, 500 émeutiers sont arrêtés et plus d’une dizaine abattus. 75 seront condamnés, dont 8 à mort.

    Lumina fait partie des émeutiers emprisonnés. Lors de ses deux procès, on la présente comme la flamme de la révolte, la reine de la compagnie, la plus terrible des chefs de bande. On l’accuse d’être une incendiaire, de chercher à dominer les hommes, de nier sa condition de femme. En avril 1871, elle accouche d’un petit garçon qui est nommé Théodore par l’administration pénitentiaire, et qui lui est immédiatement enlevé ; l’enfant mourra en prison quatorze mois plus tard. En juin 1871, Lumina est condamnée aux travaux forcés à perpétuité pour avoir incendié des habitations et participé à l’insurrection.

    Lumina est déportée au bagne de Saint-Laurent-du-Maroni, en Guyane. Elle y meurt huit ans plus tard, de maladie et de mauvais traitements, après avoir été mariée de force à un prisonnier français.

    On lui prête ces paroles : « Le Bon Dieu aurait une case sur la terre que je la brûlerais car Dieu n’est sûrement qu’un vieux béké. »
     
    allpower apprécie ceci.
  4. CowboyHenk
    Offline

    CowboyHenkMembre du forum

    26
    5
    0
    Fev 2020
    France
    Et une autre petite demande de réup… thanks.
     
  5. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    8 909
    1 474
    4,680
    Nov 2012
    LIENS REMIS A JOUR AUJOURD'HUI, LE 9 MARS 2020
     
  6. CowboyHenk
    Offline

    CowboyHenkMembre du forum

    26
    5
    0
    Fev 2020
    France
    Merci pour le réup !
     
Chargement...