Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Actualité militante En visite à Paris - Charest rattrapé par la grève étudiante

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 13 Mars 2012.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 250
    164
    2,125
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Christian Rioux 13 mars 2012 Québec
    Paris — Pas de répit pour Jean Charest. À peine arrivé à Paris pour une visite de deux jours, le premier ministre a été interpellé par un étudiant qui voulait lui rappeler que plusieurs dizaines de milliers de ses camarades étaient en grève au Québec. Le premier ministre était sur le point de pénétrer dans le siège de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), avenue Bosquet dans le VIIe arrondissement, lorsque William J. Beauchemin a brusquement franchi le cordon de sécurité pour offrir au premier ministre un billet d'avion de retour afin d'aller négocier avec ses camarades en grève.

    L'étudiant, inscrit en philosophie à la Sorbonne et à l'UQAM, a été violemment maîtrisé par l'agent de la Sûreté du Québec qui assure la garde rapprochée du premier ministre. L'agent l'a aussitôt écarté de la foule et maintenu fermement pendant de longues minutes. William J. Beauchemin a ensuite été remis au policier du Service français de protection des hautes personnalités. Celui-ci lui a demandé de décliner son identité et l'a menacé de lui retirer son visa. L'étudiant québécois a été relâché au bout de 45 minutes, non sans qu'on lui intime l'ordre de se tenir tranquille s'il voulait conserver son visa. L'agent de la SQ nous a ensuite confié avoir craint le pire puisque l'étudiant, par ailleurs tout à fait inoffensif, avait une main dans sa poche. «On ne sait jamais», dit-il.

    L'incident s'est déroulé si rapidement que le premier ministre n'a pas eu le temps de voir l'aller simple pour Montréal qu'on lui destinait. Son prix était de «160 000 étudiants en grève». Sa durée, celle d'une «grève générale illimitée». «Les étudiants sont impatients, et Jean Charest devrait aller négocier, au lieu de venir à Paris», dit William J. Beauchemin qui était parmi les organisateurs de la manifestation qui a réuni vendredi une soixantaine d'étudiants devant la Délégation générale du Québec à Paris.

    Après cet incident, le premier ministre du Québec s'est entretenu longuement avec le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, de l'organisation prochaine du Forum international sur la langue française qui se tiendra à Québec du 2 au 6 juillet. Ce forum, ouvert largement aux membres de la société civile, sera «l'occasion de parler de la langue française, mais dans un environnement très différent de celui des sommets», a déclaré Jean Charest.

    Dans ce qui pourrait être une allusion à peine voilée au très bref passage du président Nicolas Sarkozy lors du sommet de la Francophonie tenu à Québec en octobre 2008, Adbou Diouf a insisté pour dire: «Je serai à Québec pendant cette période du 2 au 6 juillet sans discontinuer. Je ne vais pas venir pour l'inauguration et reprendre l'avion.» L'attitude du président français avait alors été très controversée.

    Le secrétaire de la Francophonie s'est par ailleurs félicité des préparatifs du Forum qui sont «au-delà de nos espérances», dit-il. Il a aussi confirmé l'organisation, «sauf crise majeure», en octobre prochain du prochain sommet de l'OIF à Kinshasa sur les thèmes de l'environnement et de l'économie.

    Concernant les difficultés du français à Montréal, à la Caisse de dépôt ou au CHUM alors même que le Québec accueillera ce premier Forum international sur la langue française, le premier ministre s'est voulu rassurant. «Chez nous, on sera toujours très vigilant sur la langue française, dit-il. [...] Quand on fait tout le portrait de la langue au Québec, il y a une progression. Entre autres chez les immigrants qui ne parlent ni l'anglais ni le français.» Et Abdou Diouf d'ajouter: «D'après les statistiques que j'ai, le français progresse au Québec.» Il a néanmoins précisé que «c'est notre honneur et notre force de pouvoir dire: "non, nous refusons un monde unilingue!", "non, nous refusons la pensée unique!", "non, nous voulons le pluralisme sur le plan linguistique, sur le plan culturel et sur tous les autres plans de l'activité humaine!".»

    «Buy European Act»

    Interrogé sur la proposition faite dimanche par Nicolas Sarkozy de faire adopter un Buy European Act, à l'image du Buy American Act qui force les États et les entreprises subventionnées à acheter des produits américains, Jean Charest s'est de nouveau voulu rassurant.

    «La crise financière et économique a eu pour effet de raviver les réflexes protectionnistes un peu partout sur la planète, pas uniquement aux États-Unis, dit-il. [...] Ce que nous visons, c'est l'ouverture des marchés et la réciprocité. Je pense que c'est ce que veulent aussi les Européens, incluant les Français. [...]»

    Selon le premier ministre, cette initiative du président français, pourtant le principal allié du Québec dans les négociations de libre-échange entre la France et le Canada, ne devrait pas compromettre le traité dont la signature se fait toujours attendre. «Je me fie à ce que nous négocions avec l'Europe et [...], on peut être rassuré», dit-il.

    Le premier ministre a assisté en soirée à une représentation de la version chantée des Belles-Soeurs au Théâtre du Rond-Point. Parmi les personnalités présentes, on remarquait les artistes québécois Claude Meunier et Carole Laure ainsi que le couturier et homme d'affaires français Pierre Cardin et le secrétaire d'État Frédéric Lefebvre. Aux spectateurs français, Jean Charest a tenu à préciser: «Dans cette salle et pour toute la soirée, c'est vous qui avez un accent.»

    ***

    Correspondant du Devoir à Paris
     
  3. christhi
    Offline

    christhiExpert en sinistre Membre actif

    359
    2
    21
    Avr 2007
  4. anarchiste, situationniste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Quoi!?

    Y a déjoué la sécurité pour donner un billet d'avion à Charest??? AAAAAARGH! Il aurait pas pu penser à quelque chose qui a plus d'impact, au moins symboliquement!? Genre du poivre de cayenne... ou un sac de merde? Non! Y fallait que ce soit un bien gentil et civilisé billet d'avion de quelques centaines d'Euro... ça m'enrage encore plus en pensant au nombre de réfugiés en Europe qui aimeraient avoir un billet d'avion pour le Canada!

    Franchement, c'est inimaginablement CON et faible comme action. Le résultat vivant d'années de pacification philosophique dans les universités, à vivre dans des groupes militants élitistes où l'autocritique est vue comme un haut crime de trahison. Si ça aurait été fait dans des endroits comme en Grèce, Italie, Chili, Inde, ce gars-là serait devenu la dérision de tous les militants au pays!


    EPIC FAIL
    !

    [​IMG]
     
  5. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 250
    164
    2,125
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  6. anarchiste, autonome
    C'est pas le geste symbolique du siècle, mais je trouve ca cool que même en France des étudiants se réunissent pour soutenir la cause étudiante. Quand je pense à Charest qui se sauve pour échapper à la pression des manifs étudiantes, qui croyait avoir la paix en france et PAF il se fait rattraper par les manifestants... Ca me fait trop marrer ! :)
     
Chargement...