Chargement...

Émile Henry - Le côté vulnérable de la bourgeoisie & Pourquoi j'ai frappé dans le tas

Discussion dans 'Bibliothèque anarchiste' créé par Ungovernable, 9 Juin 2009.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 719
    265
    2,134
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome

    Le côté vulnérable de la bourgeoisie



    […]

    Lorsqu'un homme, dans la société actuelle, devient un révolté conscient de son acte - et tel était Ravachol - c'est qu'il s'est fait dans son cerveau un travail de déduction embrassant toute sa vie, analysant les causes de ses souffrances, et lui seul est juge s'il a raison ou tort d'avoir de la haine, et d'être sauvage, "voire même féroce".

    Nous estimons, quant à nous, que les actes de brutale révolte comme ceux qui se sont produits, et qui sont l'origine de la polémique engagée entre "anarchistes" et "terroristes" - style Merlino - nous estimons que ces actes là portent juste, car ils réveillent la masse, la secouent d'un violent coup de fouet, et lui montrent le côté vulnérable de la Bourgeoisie, toute tremblante encore au moment où le Révolté marche à l'échafaud...

    Nous comprenons parfaitement que tous les anarchistes n'aient pas le tempérament d'un Ravachol.

    Chacun de nous a une physionomie et des aptitudes spéciales qui le différencient de ses compagnons de lutte.

    Aussi ne sommes-nous pas étonnés de voir des révolutionnaires porter tous leurs efforts sur un point donné par exemple, comme les compagnons Merlino et Malatesta, sur le groupement des prolétaires en associations bien organisées.

    Mais nous tic leur reconnaissons pas le droit de dire : "Notre propagande seule est la bonne; hors de la nôtre, pas de salut". C'est un vieux reste d'autoritarisme que nous ne voulons pas supporter, et nous aurions vite fait de séparer notre cause de celles des pontifes ou aspirants tels.

    En outre, le compagnon Malatesta nous dit que la haine n'engendre pas l'amour.

    Nous lui répondrons que c'est l'amour qui engendre la haine.

    Plus nous aimons la liberté et l'égalité, plus nous devons haïr tout ce qui s'oppose à ce que les hommes soient libres et égaux.

    Aussi, sans nous égarer dans le mysticisme, nous posons le problème sur le terrain de la réalité, et nous disons :

    I1 est vrai que les hommes ne sont que le produit des institutions; mais ces institutions sont des choses abstraites qui n'existent que tant qu'il y a des hommes de chair et d'os pour les représenter. Il n'y a donc qu'un moyen d'atteindre les institutions ; c'est de frapper les hommes; et nous accueillons avec bonheur tous les actes énergiques de révolte contre la société bourgeoise, car nous ne perdons pas de vue que la Révolution ne sera que la résultante de toutes ces révoltes particulières.

    […]


    Pourquoi j'ai frappé dans le tas



    […]

    En ce moment de lutte aiguë entre la bourgeoisie et ses ennemis, je suis presque tenté de dire avec le Souvarine de Germinal : "Tous les raisonnements sur l'avenir sont criminels, parce qu'ils empêchent la destruction pure et simple et entravent la marche de la révolution." (...)

    J'ai apporté dans la lutte une haine profonde, chaque jour avivée par le spectacle révoltant de cette société, où tout est bas, tout est louche, tout est laid, où tout est une entrave à l'épanchement des passions humaines, aux tendances généreuses du coeur, au libre essor de la pensée. (...)

    J'ai voulu frapper aussi fort et aussi juste que je le pourrais. (...)

    J'ai voulu montrer à la bourgeoisie que désormais il n'y aurait plus pour elle de joies complètes, que ses triomphes insolents seraient troublés, que son veau d'or tremblerait violemment sur son piédestal, jusqu'à la secousse définitive qui le jetterait bas dans la fange et dans le sang. (...)

    La bourgeoisie, tout entière, vit de l'exploitation des malheureux, elle doit tout entière expier ses crimes. (...)

    La bourgeoisie n'a fait qu'un bloc des anarchistes. Un seul homme, Vaillant, avait lancé une bombe; les neuf dixièmes des compagnons ne le connaissaient même pas. Cela n'y fit rien. On persécuta en masse. Tout ce qui avait quelque relation anarchiste fut traqué.

    Eh bien! puisque vous rendez ainsi un parti responsable des actes d'un seul homme, et que vous frappez en bloc, nous aussi, nous frappons en bloc. Devons-nous nous attaquer seulement aux députés qui font les lois contre nous, aux magistrats qui appliquent ces lois, aux policiers qui nous arrêtent ? Je ne le pense pas.

    Tous ces hommes ne sont que des instruments n'agissant pas en leur propre nom, leurs fonctions ont été instituées par la bourgeoisie pour sa défense; ils ne sont pars plus coupables que les autres.

    Les bons bourgeois qui, sans être revêtus d'aucune fonction, touchent cependant les coupons de leurs obligations, qui vivent oisifs des bénéfices produits par le travail des ouvriers, ceux-là aussi doivent avoir leur part de représailles.

    Et non seulement eux, mais encore tous ceux qui sont satisfaits de l'ordre actuel, qui applaudissent aux actes du gouvernement et se font ses complices, ces employés à 300 F et à 500 F par mois qui haïssent le peuple plus encore que les gros bourgeois, cette masse bête et prétentieuse qui se range toujours du côté du plus fort, clientèle ordinaire du Terminus et autres grands cafés.

    Voilà pourquoi j'ai frappé dans le tas sans choisir mes victimes.

    Il faut que la bourgeoisie comprenne bien que ceux qui ont souffert sont enfin las de leurs souffrances; ils montrent les dents et frappent d'autant plus brutalement qu'on a été plus brutal avec eux. (...)

    Je n'ignore pas non plus qu'il existe des individus se disant anarchistes qui s'empressent de réprouver toute solidarité avec les propagandistes par le fait. Ils essayent d'établir une distinction subtile entre les théoriciens et les terroristes. Trop lâches pour risquer leur vie, ils renient ceux clin agissent. Mais l'influence qu'ils prétendent avoir sur le mouvement révolutionnaire est nulle. Aujourd'hui le champ est à l'action, sans faiblesse et sans reculade.
    (…)
     
Chargement...