Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Actualité militante Émeutes antipolicières à Londres

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 7 Août 2011.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 766
    303
    2,054
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Des centaines de personnes se sont rassemblées dans les rues de Tottenham, au nord de Londres, après que la police a tué un habitant du nom de Mark Duggan. Des barricades ont été érigées et de nombreuses voitures de police ont été brûlées durant les protestations qui ont eu lieu jusqu’à tard dans la nuit.

    Dans l’après-midi de samedi [6 août 2011], les amis et la famille de Mark Duggan, l’homme de 29 ans tué par balle par la police jeudi [4 août 2011], ont marché de son domicile, dans le quartier de Broadwater Farm, jusqu’au poste de police de Tottenham. Ils ont attendu que quelqu’un sorte du poste de police pour entendre leurs revendications et donner des réponses sur la mort de Marc, mais ils ont été totalement ignorés.

    Vers 21h, le Haringey Solidarity Group a rapporté sur Twitter les informations suivantes : Une émeute se déroule actuellement devant la boutique de flic de Tottenham en réponse au gars tué par les porcs cette semaine | Deux cents policiers anti-émeute déployés.

    Alors que la soirée se poursuivait, des comptes-rendus et des photos sont parvenus comme quoi entre 300 et 500 personnes de tout le quartier étaient rassemblés sur la Tottenham High Road, et des photos de deux voitures de police mises à feu avec des bombes à essence ont été publiées par les médias dominants. Chants de "À qui sont les rues ? À nous !" ["Whose streets ? Our streets !"] et "Nous voulons des réponses !" pouvaient être entendus de la foule. Un manifestant de la marche partie de Broadwater Farm interviewé sur BBC News a déclaré que la police avait attaqué une femme de 16 ans avec des matraques, sans aucune raison, déclenchant une réaction de la foule qui jusque-là chantait simplement devant le commissariat.

    Un témoin oculaire décrit des policiers "courant et se cachant". Ils ont en effet été incapables de contenir les foules qui avaient construit des barricades et chargeaient les lignes de police en utilisant des missiles de fortune et en brûlant des poubelles afin de garder la police à l’écart. Les affrontements ont duré un certain temps. La police et les manifestants ont formé des lignes et un autobus à deux étages a été incendié. Des rapports ont fait état de pillages et d’incendies dans le quartier, y compris dans le centre d’emploi local. À 2h30, on dit sur Twitter que les émeutes se répandent à Wood Green, Turnpike Lane et Green Lanes, alors que la police essaie de briser les foules sur Tottenham High Road. Le centre commercial de Tottenham Hale a été pillé, notamment les magasins JJB Sports et PC World.

    Channel 4 a cité "Jamal", un témoin oculaire, disant : "Ce sont nos objectifs, nous sommes ici pour dire à la police qu’ils ne peuvent pas nous maltraiter, nous harceler. On ne va pas tolérer cela, ce n’est que le début, c’est la guerre, et voilà ce que vous obtenez - le feu."

    Les images diffusées en direct par la BBC montraient des jeunes brisant les vitres d’une voiture de police vide. Les journalistes ont ensuite demandé aux manifestants pourquoi ils empêchaient l’équipe de cameramen de filmer. À la fois Sky News et la BBC ont retiré leurs équipes de tournage de l’émeute après que leurs équipes de tournages ont été insultées et attaquées. BBC et Sky ont cité le député local, David Lammy, qui affirmait que les gens dans la rue n’étaient pas représentatifs de la majorité des résidents de Tottenham. Cependant, leurs propres séquences montrent qu’un large éventail de la population locale, de milieux ethniques très différents, étaient debout ensemble et formaient des lignes contre la police. La police a insisté sur l’aspect "localisé" des événements, en affirmant qu’ils ne s’étendaient pas au-delà de Tottenham. Des récits de témoins ont contesté cela, et les médias dominants ont été effectivement exclus de la zone.

    Tottenham a déjà été le théâtre d’importantes émeutes en 1985 en réponse à la mort de Cynthia Jarrett aux mains de la police. Tottenham a également été touché par les récentes mesures d’austérité du gouvernement, avec la fermeture de plusieurs centres sociaux ces dernières semaines.



    http://www.youtube.com/watch?v=TEEKexsYT74&feature=player_embedded













    [​IMG]

    De violentes émeutes ont secoué dans la nuit de samedi à dimanche un quartier multiethnique de Londres, où des véhicules et des bâtiments ont été incendiés, des magasins pillés et 29 personnes blessées lors des pires incidents que la capitale britannique ait connus depuis des années.

    La police, qui a bouclé plusieurs rues de Tottenham, a repris le contrôle dans la journée de dimanche de ce quartier du nord de Londres. Les violences y ont fait 29 blessés légers: 26 parmi les forces de l'ordre, et trois dans le public, selon la police qui a procédé à 48 arrestations.

    Les troubles ont éclaté dans la foulée d'une manifestation samedi soir pour réclamer «justice» après la mort, jeudi par la police à Tottenham, d'un homme de 29 ans, Mark Duggan.

    Les émeutiers ont incendié plusieurs véhicules et un bus à impériale, dont il ne restait quelques heures après que les carcasses. Plusieurs bâtiments ont totalement été ravagés par les flammes, et les pompiers s'activaient encore dimanche en fin de journée pour venir complètement à bout des incendies.

    Les fauteurs de troubles ont aussi saccagé des distributeurs de billets et des magasins, d'où des personnes cagoulées sont sorties en poussant des chariots remplis de marchandises, et s'en sont pris aux forces de police à coups de cocktail Molotov et autres projectiles.

    Downing Street a dénoncé ces violences «totalement inacceptables». «Il n'y a aucune justification pour les agressions auxquelles la police et le public ont été confrontés et pour les dégâts» causés, a affirmé le bureau du Premier ministre David Cameron.

    «Aldi (un supermarché appartenant à une chaîne du même nom) était en feu et des barricades étaient mises en place par les émeutiers. C'était vraiment effrayant», a témoigné Stuart Radose, un habitant du quartier dont l'immeuble a été incendié et qui a dû trouver refuge pour la nuit chez son père.

    «Il ne reste plus rien, c'est de la folie. (...) On dirait que c'est la Seconde Guerre mondiale, qu'il y a eu un bombardement !», a-t-il ajouté.

    La famille du jeune homme tué jeudi a appelé dimanche au calme. «Nous ne tolérons pas ce genre d'actions», a déclaré le frère de la victime, Shaun Hall, sur Sky News. «Je sais que les gens sont frustrés, ils sont en colère en ce moment, mais je vous dit "s'il vous plaît arrêtez".»

    La manifestation de samedi était organisée par des proches de Mark Duggan qui voulaient obtenir «justice», a expliqué une amie du jeune homme, qui s'est présentée sous le nom de Nikki.

    «Ce gars n'était pas violent. Certes, il était impliqué dans des trucs, mais ce n'était pas une personne agressive», a-t-elle affirmé.

    Mark Duggan a été tué lors d'une opération de la police contre la criminalité au sein de la communauté noire. Sa mort est «absolument regrettable», a estimé dimanche un responsable de Scotland Yard, Adrian Hanstock, «mais cela ne donne pas le droit à une minorité de délinquants de détruire des commerces (...) et de voler».

    Le quartier de Tottenham avait déjà été le théâtre de très violentes émeutes en 1985, qui avaient éclaté après une descente de police chez des particuliers, qui s'était soldée par le décès d'une femme de 49 ans à la santé fragile. Lors des affrontements qui avaient suivi, un policier avait été tué à coups de machette.

    «Ceux qui se rappellent les conflits destructeurs du passé seront déterminés à ne pas y revenir», a affirmé dimanche un député de Tottenham, David Lammy. «Nous avons déjà une famille en deuil dans notre communauté, et plus de violences n'apaiseront pas leur peine», a-t-il estimé.

    [​IMG]

    [​IMG]

    [​IMG]

    [​IMG]

    [​IMG]

    [​IMG]

    [​IMG]

    [​IMG]
     
    Dernière édition: 7 Août 2011
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    0
  2. Réponses:
    101
  3. Réponses:
    0
  4. Réponses:
    0
  5. Réponses:
    0
  6. Réponses:
    0
  7. Réponses:
    5
  8. Réponses:
    0