Chargement...

Education à la mode Anar

Discussion dans 'Discussion générale' créé par Oni21, 6 Mai 2017.

  1. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    3 549
    448
    247
    Fev 2014
    France
  2. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Après avoir lu attentivement la charte du forum (à l'époque où il s'appelait encore "Résistance", ce qui était peut-être plus explicite? - beaucoup de gens ont tendance à croire que "libertaire" = "n'importe quoi qui passe par la tête"...) je me suis décidée à m'inscrire, bêtement convaincue que les autres membres s'étaient également inscrits selon les bases de cette charte.
    Pour tout dire je m'attendais à y retrouver d'autres anarchistes, sans doute pas d'accord avec moi sur tous les points, mais s'il y a une chose à laquelle je ne m'attendais pas c'était d'avoir à me justifier d'être anarchiste, antifasciste, antiraciste, antisexiste, anticapitaliste, anti chefs, anti patrons (même "soft"...), anti-autoritaire, anti système judiciaire et pénal...
    Les autoritaires en tous genres qui jouent les victimes sitôt qu'on ose les critiquer tous les anarchistes en ont l'habitude, mais c'est vrai encore une fois je ne m'attendais pas à les retrouver sur un forum qui se définit clairement anticapitaliste et antiautoritaire.
    Alors arrêtez un peu vos jérémiades, personne ne vous a "lapidés", personne ne vous oblige à rien, ni ne vous empêche de rien, ici il n'y a aucun patron qui va vous exploiter, aucun chef de service qui va vous virer si vous ne lui obéissez pas. La liberté d'expression ne peut pas être unilatérale. Déjà sur ce forum les anarchistes sont loin d'être en surnombre!
    Tant pis pour la charte du forum: admettons que les partisans du capitalisme et de l'autorité ont le droit de venir y défendre les chefs, les patrons, les éducateurs au service de l'Etat et du système pénal, l'oppression des enfants, des adultes, d'insulter les anarchistes et les anticapitalistes... on a également le droit d'exprimer notre désaccord, OK?

    Ce débat sur l'oppression des enfants était animé par deux enfants (un élève de primaire et un collégien) et un élève de seconde (du Lycée autogéré de Paris). Pour changer des habitudes ce sont eux, les principaux concernés, qui ont donné la conférence sur leur propre oppression (par les enseignants, parents et éducateurs en tous genres...) et les adultes présents dans leur salle leur ont posé des questions...

    C'est pour ton bien... - Anarchistes Ivry

    [​IMG]
     
  3. B N
    Offline

    B NMembre du forum

    520
    5
    15
    Août 2016
    Mais je ne pense rien des anarchistes parce qu 'il y a me semble t-il différentes définitions possibles de l'anarchie, différentes pratiques, des textes et des positions souvent très différents.
    Il y a dans l'anarchie des courants de pensées comme il y en a chez les croyants religieux ou les mouvements politiques par exemple. Généraliser c'est réduire.

    Athée je veux cependant respecter a-priori la croyance profonde et personnelle, cette flamme qui illumine parfois le regard du vrai croyant. Mais croire n'est pas rejeter, ce n'est pas seulement connaître et réciter par coeur tel ou tel texte fondateur...

    Qui suis-je enfin, qui sommes-nous, pour nous croire seuls autorisés à porter la parole, à définir ce qu'est ou plutôt ce que devrait être l'anarchie ?
    L'intégriste fonde son rejet de l'autre par la certitude sans cesse assénée à la face du monde de détenir le savoir.

    Sans doute, comme Mark Poik ou Anarchie13 pour ne citer qu'eux, as-tu énormément à m'offrir mais ce que tu sais des textes et de l'histoire de l'anarchie, ce que ton vécu et tes expériences personnelles t'auront apporté ne te donne en aucune manière le droit de te poser en gardien du temple.

    Je revendique en mon nom et pour tout(e) autre qui souhaiterait exprimer un point de vue différent, simplement questionner ou remettre en question, le droit et le devoir de contrarier tes certitudes et de refuser l'étroitesse d'une pensée dogmatique fondée sur le rejet de la différence.

    Je me sais plus libre crois-moi que celui ou celle qui, s'étant enfermé(e) dans ses certitudes, n'accepte du monde extérieur que ce qui correspond à ses seules valeurs.
     
    Dernière édition par un modérateur: 12 Mai 2017
  4. B N
    Offline

    B NMembre du forum

    520
    5
    15
    Août 2016
    C'est un classique ça, se réfugier derrière l'historicité, comme si l'ancienneté donnait plus de droits.
    • "Mais cela fait dix ans que j'appartiens au conseil syndical moi Monsieur"
    • "30 ans que je suis syndicaliste alors on ne me la fait pas"
    etc etc

    Il y a toujours un bon temps - même pour les pires staliniens - celui où le dogme n'est pas remis en question.
    La croyance (en un texte ou en un dieu) et le confort d'être seul(es) détenteur de LA vérité ne supportent pas le moindre doute .

    Une nouvelle fois tu ne veux pas comprendre, inverse les rôles. Ce n'est ni qui tu es ni quelles sont tes convictions que j'interroge mais ta manière d'être vis à vis justement de celui ou celle vivant, pensant, s'exprimant d'une façon différente de celle que tu penses devoir être la doxa anarchiste.

    Nous serions donc résumés à des "autoritaires" du seul fait de vivre, penser différemment de toi. La schizophrénie est mauvaise conseillère Ninaa.

    Dans le désordre ...
    • Liberté et devoir d'expression ? Oui, dans le respect de l'autre et loin des caricatures faciles.
    • Ne te réfugie pas une fois de plus derrière la trop facile inversion des rôles, "cheffaillon" est une insulte par exemple
    Vous avez mc² et toi beaucoup à partager, ne vous réduisez pas à un intégrisme idéologique et/ou de façade.
     
  5. pschrsrgnc
    Offline

    pschrsrgncrebelle instable Membre actif

    348
    38
    0
    Oct 2016
    France
    Philosophie & philanthropie ... à la mode anar;bien.(Mais il faut se conformer à la charte !?>dialogue,compréhension,autocritique de soi même,d' autrui amenant ainsi une alternative sereine et compréhensive en dehors de certains formats imposés et ... sans être péjoratif.ve ,lorsque l' on y arrive ...o_O!Intrinsèquement s' haranguer serait viable ?çà relève d' un état d'esprit contestataire ,d' attitudes ne faisant pas avancer le débat (on doit forcément l' être ts un peu ...8-)!)Concernant ;l' éducation à la mode anar,ses racines doivent être plus profonde et j' ai la conviction que que les êtres"écorchés"dans la diversité de leur vie, s' initie un mode contestataire et anticonformiste.Il y aurait par ce biais,une multitude, qui s' ignore et qui conseillée ;pourrait s' ouvrir sans être anti -tout !les civilisations successives ont accepté des structures pyramidales,hiérarchisée et, pris dans cet ensemble ...il y a des dissensions.L' éducationnel peut avoir des connotations brimantes lorsqu' elle est régie, trop formelle.En son seing,la liberté d' expression et de penser ne doit pas être bridée par des structures institutionnalisées où l' entonnoir hiérarchique restreint.Être anar ce n' est pas le cautionner mais,s' en défendre si, restrictif !
     
  6. B N
    Offline

    B NMembre du forum

    520
    5
    15
    Août 2016
    Tiens, c'est pas con ça :)

    Dès lors qu'elle est théorisée, normée, une démarche, qu'elle soit éducative ou autre, serait de facto :
    • opposée à la nature (libre) de l'Homme et donc ...
    • distante (pour ne pas dire opposée) à un positionnement, à un état d'esprit, anarchiste ?
    M'enfin c'est là la question qui me vient à l'esprit.
    Il ne faudrait pas, une fois de plus , arrêter le moindre positionnement a-priori mais adapter sa réaction à chaque nouvelle situation. A creuser ...

    Je profite de la présente pour (re)dire à quel point j'apprécie les interventions de Mark Poïk.
     
  7. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkNo future... for you ! Membre actif

    1 030
    121
    334
    Déc 2016
    Netherlands
    Une personne n'est pas une autre et quand on parle d'enseignement, on parle non seulement de celui des adultes mais aussi des enfants.
    Un jour un gosse m'a dit: toi tu es déjà mort moi je suis la relève. Il avait douze ans ;) Mais il avait totalement raison.
    On sait que le changement se fait sur la longueur pas comme veulent nous le vendre les politiques, sur une très courte durée.
    Un enfant n'est pas un autre. Je me doute que le post ou je parle du monde du cheval doit être quelque peu incompréhensible car toujours actuellement très peu de gens y ont accès. Je ne parle pas du monde on apprend à monter sur un cheval mais du monde ou on apprend à dialoguer avec un cheval. Là on rejoint le monde de kropotkine qui analysais énormément le comportement animal.
    Quand vous avez un cheval devant vous que vous ne connaissez pas vous l'observez en prairie. Vous le faites un peu bouger pour voir comment il réagit, ce qu'il fait. Là vous savez déjà ce que le cheval est capable de faire ou ne sera pas capable de faire sauf si on l'y contraint. Un homme de cheval n'est qu'une personne qui apprend au cheval une langue commune; si je presse mes jambes ça veut dire qu'il faut faire ça, si je penche à droite çà fait ça. C'est une réel complicité entre le cheval et l'homme. Si un cheval ne sais pas faire une chose naturellement en toute liberté inutile de lui demander de le faire sous la selle. Ce serait le contraindre à faire une chose qu'il ne sait pas faire et là on en fait un bourrin comme on en voit que trop dans les manèges et autre.
    C'est pareil avec un enfant quand il naît on l'observe on entame un apprentissage de dialogue et on observe ses capacités donc ce qu'il sait ou ne saura jamais faire. Ce n'est pas une tare de ne pas savoir tout faire c'est juste que on est tous différents. Mais on ne force pas un enfants à faire ce qu'il n'est pas capable de faire sinon on en fait un médiocre et bien pire encore.
    J'ai rêvé que ma fille joue du saxophone, alors j'ai tout fais pour lui faire aimer la musique. Mais elle n'a rien d'une musicienne, elle aurait pu apprendre bien évidement à jouer avec un instrument mais là n'était pas son talent. Par contre elle adore la musique. Ceci pour vous expliquer qu'il faut observer les gens , respecter ce qu'ils sont et ne sont pas, et les aider à grandir sur la route qui leur correspond le mieux en fonction de ce qu’ils sont.
    Les expériences de vie font l'individu. Mais il faut savoir retourner un expérience de vie négative en expérience positive. Ne pas se cantonner à la lamentation mais se dire j'ai vécu ça comme merde comment je prend cette expérience pour en retirer un truc positif qui m'aidera à grandir.
    Des merdes j'en ai eu plus que mon compte mais j'en retire des leçons qui font que je grandit encore et encore.
    Ce que j'écris aujourd’hui sera peut être modifié demain car une expérience de vie m'aura fait voir un autre aspect des chose et donc je modifierais une partie de ma façon de voir. ( enfin ça devient difficile car à force les expériences font les racines ;) )
    Ce que je vous explique là vous le retrouvez dans la littérature anarchiste. Être anarchiste c'est aussi une façon de vivre et de voir le monde différemment.
     
  8. Oni21
    Offline

    Oni21Membre du forum Membre actif

    264
    20
    5
    Avr 2017
    Homme
    France
    Le droit à l'erreur... La complexité de la nature humaine... Et la variété des chemins que peu prendre la vie. Une multitude de question et l'incertitude des réponses que l'on apporte. Mon quotidien, j'adore cela.

    On a la chance d'être reconnu pour le travail d'accompagnement que l'on fait et on vient de nous demander d'ouvrir un service pour des mineurs étrangers qui sont à l'hôtel laisser à eux même . J'espère convaincre ma collègue directrice de me laisser gérer le service à ma sauce (décision par prise d'avis, absence de planning préétabli, responsabilité partagée, pas de règles à la consommation, etc). J'ai bon espoir. Je reviendrai peut-être vers vous pour avoir vos avis, si vous êtes d'accord pour une critique constructive.

    Mon expérience m'a appris qu'il n'y avait jamais de certitude dans l'accompagnement. Nous sommes trop complexe pour être réduit à une simple équation. Nos métiers consistent à planter des graines et si on est chanceux on en verra la beauté. Et honnêtement j'ai toujours du mal à comprendre que l'on puisse juger si rapidement un corps de métier quelqu'il soit sans même questionner et essayer de comprendre. Ce qui n'empêche pas d'ailleurs la critique, mais cela lui donne un peu de corps.

    Ps: je peux pas m'en empêcher, mais honnêtement Ninaa faire référence à la charte du forum ça me fait bien D'où elle va diriger ma liberté d'expression ? Vois avec le comité d'auto-gestion pour me bannir, et si c'est le cas, vous pourrez réfléchir à la liberté d'expression et à votre capacité à échanger des idées avec des personnes différentes. Mais je suis pas sûr que tu sois suivi.

    J'ai un proverbe chinois que j'adore: "quand 2 personnes se rencontrent et qu'elles échangent 1 objet, elles ont chacune 1 objet. Quand 2 personnes se rencontrent et échangent 1 idée elles ont chacune 2 idées"
     
  9. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkNo future... for you ! Membre actif

    1 030
    121
    334
    Déc 2016
    Netherlands
    Déjà il nous faudrait arrêter de mettre tout dans des boites. L'humain est bien trop complexe pour cela. Le reproche que je fais au monde " éducateur" en générale c'est que ce sont très souvent des personnes qui n'ont pas le vécu pour comprendre l'autre. La théorie c'est joli mais la pratique.
    J'ai travaillé avec des éducateurs et moi même j'ai eu la fonction bien involontaire d'être moniteur éducateur un moment donné. Donc ces éducateurs qui le sont juste par leur expérience de vie. Ce n'était pas mon truc , je suis bien trop gentil pour faire ce genre de chose: surtout avec des adultes.
    Mais j'ai vu de ces moniteurs éducateurs qui étaient bien mieux que les éducateurs diplômés. Leur expérience de vie leur permettait de comprendre l'autre, d'en avoir une autre approche. Quand tu n'as pas vécu la merde il est bien difficile de comprendre la merde. Tu peux en avoir un genre de compassion mais ça n'aide pas à comprendre. Il faut avoir mis les deux pieds dedans pour le comprendre.
    Mais bon si personne ne bouge et que on attend que d'avoir des personnes providentielles qui ont vécu dans le caca on peut attendre longtemps. On fait ce qu'on peu avec ce que on a et ce que on est. Et si des forums comme celui-ci peuvent aider par les échanges tant mieux.
    Je préfère voir dix personnes qui s'en sortent par je ne sais quel système que de voir ces même dix personnes rester dans leur merde.
    Ne pas oublier qu'être anarchiste c'est aussi être à la recherche du plaisir. On ne le dit que trop peu. On vit dans des pays ou nos chefs font tout pour démolir cette recherche du plaisir , que du contraire ils font tout pour le déplaisir des gens. Donc un peu de plaisir n'est pas du luxe dans ce monde de taré.
     
  10. Oni21
    Offline

    Oni21Membre du forum Membre actif

    264
    20
    5
    Avr 2017
    Homme
    France
    Je te rejoins entièrement sur la question du diplôme... C'est du vent. Je préfère 10000 fois quelqu'un qui a une expérience de vie à partager qu'un Mec qui va me sortir des grandes qui n'aide en rien le jeune. Le pire c'est qu'ils sont bien souvent formater, la norme, la bien pensanse, la règle, la sanction, le temps que je passe à me battre contre ça.

    Là où je suis l'institut de formation à même décider de ne plus prendre des "vieux" en formation car ils remettaient trop en cause le contenu des cours. Là blague, pour moi on ne devrait pas pouvoir rentrer en formation avant au moins 25 ans et avoir un peu vécu. Comment du haut de ses 21 ans une personne peut activer un phénomène de résilience ou être entendu.

    Après je suis moyennement d'accord avec toi sur l'expérience de ce que vit la personne pour la conseiller. De ce que j'ai pu voir, une pluralité de personne et de discours cela porte plus et augmente les chances d'efficacité.
     
  11. mc²
    Offline

    mc²Membre du forum Membre actif

    352
    122
    110
    Août 2014
    Tu vas rien contrarier du tout. L'anarchisme est fondé sur l'absence de pouvoir, tout comme l'athéisme est fondé sur l'absence de dieu. Ce qui semble moins te poser de problème puisque tu te dis athée. Tu pourrais nous dire que c'est une étiquette réductrice, de l'intégrisme fondé sur le rejet de la différence, qui sommes-nous pour définir ce que devrait être l'athéisme, et tout ce que tu nous sors sur l'anarchisme, ça ne changerait rien au fait qu'athée et croyant désignent deux choses contradictoires. C'est pareil pour anarchiste et chef.
    Jouer les psy est aussi méprisable que faire le chefaillon.
    Les anarchistes font souvent cet effet aux chefs et aux éducateurs.
    L'échange que tu envisages, c'est sur les moyens d'éduquer. Mais la définition de l'éducation que tu as posée montre le rapport profondément inégalitaire et autoritaire qui consiste à inculquer "un ensemble de connaissances et de valeurs considérées comme essentielles pour atteindre l'émancipation et la liberté". La liberté ainsi conçue ressemble à celle du prisonnier qu'on relache pour bonne conduite.
    Non seulement tu ne t'es pas demandé quel était le but de ce forum, mais tu nous dis carrément que tu t'en fous... "Libertaire.net est prioritairement un outil pour les militants (et non une tribune libre)"
     
  12. B N
    Offline

    B NMembre du forum

    520
    5
    15
    Août 2016
    NON car, même si j'ai "bouffé du curé" durant des années, même si je ne comprends pas que l'on puisse sincèrement croire en un ou plusieurs dieux (j'ai tendance à penser que les croyances affichées relèvent des conventions, des normes, sociales, qu'il y a infiniment plus de pratiquants que de croyants), je tolère ces derniers.

    Il n'y a rien de contradictoire (le terme est impropre) à la coexistence pacifique des athées et des croyants.

    Moi, tant qu'on ne cherche pas à me convertir, qu'on me fiche la paix, les autres peuvent bien croire en Macron ou en Chiva, être trans ou électeur FN, je m'en contrefiche ...

    Ce que je vous reproche, à la môme Ninaa et à toi, c'est le refus a-priori.
    Tu rejettes au lieu de tenter de comprendre ou même d'écouter.

    --- / ---​

    Les mots qui suivent me déplaisent mais tu dis de mon attitude qu'elle est méprisable je les maintiens donc.

    Je pourrais m'interroger, t'interroger, sur les raisons de ton attitude.
    Besoin d'exister au travers de l'appartenance à un groupe ?
    Je viens de survoler les 99 conversations dont tu es l'origine : aucune idée ou remarque personnelle, uniquement des copier/coller d'affiches ou d'articles.

    TU n'apportes rien au débat.
     
  13. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkNo future... for you ! Membre actif

    1 030
    121
    334
    Déc 2016
    Netherlands
    Attention les anarchistes si il est vrai sont en générale athées ne sont pas pour autant contre la croyance en un dieu. Un super débat la croyance donc la relation de l'individu avec la peur de la morts. Ou ils sont contre c'est la croyance en une religion car les religions fonctionnent sur le modèle de hiérarchie pyramidale, l'endoctrinement, l'autoritarisme, et même une certaine forme de coercition. On pourrait en dire bien plus mais je ne saurais mieux que de vous recommander de lire Bakounine " dieux et l'état" pour comprendre la position anarchiste envers les religions.
     
  14. Oni21
    Offline

    Oni21Membre du forum Membre actif

    264
    20
    5
    Avr 2017
    Homme
    France
    Attention Marc, Bakounine n'a aucun monopole sur l'anarchisme.;) Mais pour le peu que j'ai lu c'est clair qu'il était pas confondre comme mec.
    Je n'ai pas lu son essai, mais je pense qu'il est contre le dogme, l'église ou tout forme d'organisation hiérarchiques visant à imposer une manière de croire. Car croire en une puissance créatrice n'a rien d'incompatible avec l'anarchisme. De même que si l'on regarde de plus près au moins certaines paroles de prophète on peut tout à fait considérer qu'ils étaient les premiers anarchistes. la religion fait plus référence pour moi aux valeurs, alors que l'église incarne ce qu'en font les hommes. Mais faudrait que je revois mes cours de sociologie.

    Eh mc2, c'est pas les anarchistes qui font cet effet, c'est les gens étroit d'esprit. Et malheureusement on en trouve partout et en trop grand nombre. Mais on peut garder espoir car on change tous et tout le temps. Et pour le forum, oui je m'en fout de la charte, c'est comme les regles, je fais confiance à mon bon sens, à mon humanité. Je suis sur un forum pour échanger des idées liées à l'anarchisme, j'essaye d'être respectueux des idées des autres et de ne pas prendre personnellement les attaques.
     
  15. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkNo future... for you ! Membre actif

    1 030
    121
    334
    Déc 2016
    Netherlands
    Tu peux lire n'importe quel livre d'anarchistes tous sont contre les religions. On ne nie pas que un tel a exister mais juste entant qu'individu. Il y a une différence entre croire en un dieu et croire en une religion. Si les anarchistes sont contre les religions c'est du fait qu'elles ne sont pas très différentes des états. Elles ont des fonctions similaires voir même pire. Un anarchiste n'est pas dogmatique il y a des écrits d'anarchistes mais ça ne nous sert qu'à développer notre pensée anarchiste et si on est anarchiste ce n'est ps que on voue un culte à un bonhomme comme le font les marxistes, on le fait car on est convaincu que la pensée anarchiste est bonne. Lis Kropotkine sur Lutter après tu auras envie de tuer ce mec. L’histoire est gravée dans le marbre. Les fait sont là et on sait comment se sont battit les religions. Çà n'a rien à voir avec un quelconque dieu ça a avoir avec un pouvoir de domination des peuples.
    Le ni dieu ni maître n'est pas un truc d''hurluberlu. Même Guerin qui était un anarchiste sans l'être ne remet pas en question cette histoire de religion. Et toujours aujourd’hui tu ne trouveras pas un anarchiste qui cautionne les religions. Il les tolère car elle n'ont plus l'impact d'avant, quoique certaines il y a à dire dessus. Mais bon face au pouvoir coercitif de l'état les religions sont un bien petit problème. Du moment qu'elles ne servent pas l’état, les gouvernements, ou autres pouvoirs.
    Qui plus est toutes les religions sont sexiste, patriarcale, et j'en passe et des meilleurs ce dont exècre tous les anarchistes.
     
  16. B N
    Offline

    B NMembre du forum

    520
    5
    15
    Août 2016
    Comme quoi non seulement j'ignore encore tout ou presque de l'anarchie (de ses théories et de ses textes) mais, ne cherchant pas à me postionner vis à vis de l'anarchisme ou toute autre vision théorisée du monde, je me contente d'exprimer mon point de vue, de confronter mes rares certitudes et mes innombrables questionnements aux réalités qui me sont proposées.

    C'est surtout là ce qui me différencie grandement de celles ou ceux ne s'exprimant qu'au travers d'un texte ou d'idées qui même intégrées, assimilées, leur sont chronologiquement extérieures.

    Je suis "de droite" et dois donc agir ainsi, je suis protestant et réagis comme tel, je suis anarchiste et me positionne en anarchiste ...

    Oui, bon, de mon côté, c'est a posteriori que je pourrais qualifier une prise de position.
    Pensant, ressentant ainsi il semble que je réagisse comme un athée ou comme anticléricaliste ...

    Des modes de fonctionnement littéralement opposés mais cependant pas incompatibles, on peut l'espérer du moins.
     
  17. Oni21
    Offline

    Oni21Membre du forum Membre actif

    264
    20
    5
    Avr 2017
    Homme
    France
    Marc, je me suis mal fait comprendre et j'ai l'impression que l'on ne met pas les mêmes choses derrières le mot religion (et c'est d'ailleurs sûrement moi qui ait encore une définition très personnelle). Pour moi à l'origine, l'homme a créer "Dieu" et plus précisément une cosmogonie. Ce qu'il ne comprend pas et donc l’impressionne devient un fait "sacré".

    Ce que je voulais dire c'est que certaines valeurs sont en adéquation complète avec l'idéologie anarchiste. Là où ça merde clairement c'est ce qu'à fait l'homme de ces valeurs et de la religion. Car je te rejoins, l'histoire des religions est une histoire de l'oppression, de l'exclusion (nous versus les autres). Mais si tu regardes le message du Christ par exemple (et pas forcément tout ce qui a été dit par des personnes 500 ans plus tard et qui constitue la Bible - je suis pas un spécialiste donc je suis peut-être à côté de la plaque), l'exploitation de l'homme par l'homme est interdite, ça fonctionne en communauté égalitaire où tout le monde est accepter, tolérance, pardon, amour de son prochain, contre l'argent, etc. Ce qui est pour moi des incontournables d'un monde sain sans chef. Après c'est comme tout, entre ce qu'un mec dit et ce qu'il en est fait par les autres, il y a un sacré fossé.

    Je ne comprendrais jamais comment on peut se laisser dicter sa vie en fonction d'un livre qui est une compilation d'écrit de la vie d'un mec écrit par d'autres et sélectionné 1000 ans plus tard (Concile quelque chose). Tout comme l'idée des monothéistes qui auraient forcément raison comparés aux polythéistes et ainsi de suite.

    Et pour rappel, il y a des anarcho-capitalistes, des anarcho-chrétiens, etc. Donc il est tout à fait envisageable de croiser l'idée d'un refus de domination d'un pouvoir quel qu’il soit avec d'autres modes de pensée. Et je rejoins Barbe Noire, j'essaye surtout d'extraire des courants de pensée ce qui me semble intéressant, utile, etc. parce que lorsqu’on prend l'ensemble ça sent toujours vite le moisi et la pensée dogmatique. Et ça s'applique aussi très bien à la mouvance anarchiste, qui me semble bien souvent très éloigné de ce que je perçois comme son essence (mais qui sait, je suis probablement dans l'erreur, ça serait ni la première ni la dernière fois o_O). Mais ça semble pas être ton cas, loin de là ;)
     
  18. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkNo future... for you ! Membre actif

    1 030
    121
    334
    Déc 2016
    Netherlands
    Ce n'est pas une question de positon c'est une question de très long raisonnement. Maintenant on est en 2017 et dans les faits de tous les jours un anarchistes regarde souvent les religion de la même façon que les personnes qui croient aux paris politique, en la politique, qui votent, car la politique a remplacé pour beaucoup la religion.
    Si on enlève toute la construction de domination que sont volontairement les religions ( ne pas confondre avec la croyance en un dieu qui là est à relier avec la peur de la mort) il y a l’aspect individu. La grosse critique envers les croyants, qu'ils soient politiques ou religieux, c'est que l'individu attend le miracle d'en haut plutôt que de se dire qu'il détient le miracle en lui. Le changement est en vous pas en les politiques ou dans un dieu qui vous fera des miracles. C'est aussi une des raisons pour lesquelles on ne vote pas. On ne va pas à Lourde tous les cinq ans en espérant un miracle ( élection) . On ne fait pas des dons déductibles des impôts en remplacement des indulgences afin de se payer une place dans un paradis éventuel. ( les américains sont très friand de ça) C'est tous les jours que on tente d'avoir un comportement envers les autres et la nature qui fait qu'on les respecte et ne méritons pas l'enfer ( pour parler en terme religieux ;) ). Les religions sont assez hypocrites, le catholicisme avec sa rémission des pêchés, le rachat de ceux ci nous font bien marrer. e pire c'est que cela s'est garder même chez les non croyants. Et, je me répètes, mais on ne peut pas être pour l'égalité des sexes et admettre des religions qui sont patriarcales, sexistes, qui prônent la domination de la femme ect. ce serait complètement incohérent.
    La sécurité sociale en est un bel exemple. Au départ c'est une idée anarchiste. Chaque travailleur met dans une boite commune quelques deniers pour prévenir des risques, vieillissement, maladie, perte d'emploi. Normalement ça n'aurait jamais du passer par l'état mais par une caisse appartenant à l’ensemble du salariat. La sécurité sociale est partie intégrante du salaire. L'état ayant vu le machin s'est dit; holà ils vont avoir plein de pognon il vont être trop fort et vont concurrencer l'état. Bè oui on avait plus besoin de lui. Donc l'état a mit son nez dedans et on connaît la suite. cet exemple de la sécurité sociale montre bien la volonté anarchiste d'être en parfaite autonomie face à n'importe quel pouvoir mais aussi de décider par soit même et non en attendant le miracle provenant des chefs.
    Cette démarche est toujours de mise dans bien des domaines; Par exemple chez moi on a un lieu collectif et donc on se doit de trouver de quoi payer le loyer tous les mois. Bè on y va de sa poche et c'est normal. On attend pas que l'état Vatican nous donne le miracle de nous donner de quoi avoir un lieu pur nos activités. Mais si on peut récupérer une partie des trop nombreux impôts que on paye on ne se gêne pas car cet argent nous est du. .
     
    Dernière édition: 18 Mai 2017
  19. mc²
    Offline

    mc²Membre du forum Membre actif

    352
    122
    110
    Août 2014
    Athée et croyant sont contradictoires parce qu'on ne peut pas être les deux en même temps. Comme c'est contradictoire de s'opposer au pouvoir et de l'exercer.
    Les chefs et éducateurs ne fichent pas la paix aux autres, ils les dirigent et éduquent. Il ne peut pas y avoir de coexistence pacifique entre autoritaires et anti-autoritaires.
    Aussi méprisable que tes attitudes sexistes envers ninaa.

    Trop anar, le chef éducateur qui se fout des règles... Et qui nous respecte en se foutant de nous et de ce forum...
     
    ninaa apprécie ceci.
  20. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    3 549
    448
    247
    Fev 2014
    France
  21. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    C'est le privilège des chefs en tous genres (éducateurs compris) d'exiger des autres qu'ils respectent des règles sur lesquelles ils se réservent "le droit" de chier!
    Pour clarifier la différence entre transmission, échange d'idées, de techniques et de connaissances, et volonté d'éducation, quelques précisions essentielles:
    - De quel droit un individu se voit-il comme modèle à suivre? Quant à moi si je suis convaincue d'avoir raison sur quelques points (dont je vais donc chercher à convaincre mes interlocuteurs, qu'ils soient enfants ou adultes), je ne suis pas assez imbue de moi même pour me voir comme un "exemple à suivre"!
    - L'interactivité, l'échange, le dialogue, sont mille fois plus passionnants que se farcir les monologues d'éducateurs "patentés".
    - OK, en règle générale les adultes ont eu accès à plus d'infos que les enfants en bas âge. Mais en règle générale les enfants sont curieux de nature. Ils vous saoulent sans arrêt de questions (auxquelles on ne peut d'ailleurs pas toujours répondre). Pas besoin de s'introniser "pédagogue", il suffit d'essayer de leur répondre et de discuter avec eux.
    Evidemment c'est une relation moins gratifiante pour l'amour-propre que le rapport maître-élève pour l'adulte, mais pourquoi ne pas s'interroger sur ce qui nous pousse à rechercher ces gratifications? Blessures narcissiques? Préjugés âgistes? Difficulté à envisager des relations égalitaires (avec les plus jeunes, et en général?).
    - Pour pouvoir être qualifié d'anti-autoritaire la transmission de savoir devrait être uniquement basée sur le volontariat.
    Sauf qu'en l'absence de pressions sociales en tous genres rares seraient les enfants et ados qui manifesteraient un désir de se faire bourrer le crâne!
    On va me ressortir les dangers (accidents, etc.) sur lesquels il faut évidemment alerter les plus jeunes. C'est en effet ce que j'ai fait avec mes propres enfants: bien faire gaffe en traversant la rue, répéter que les voitures sont dangereuses. Et puis pousser un coup de gueule en cas de violence sur frère ou camarade. Mais je ne dirais pas pour autant que je les ai "éduqués", ce qui sous-entend une volonté bien plus globale de modeler, contrôler, façonner. Concernant la prudence dans la rue je ne suis d'ailleurs pas du tout sûre que ce soit mon attitude (dans ce qu'elle avait de conscient, concerté...) qui ait fait effet, mais plutôt qu'ils ont ressenti ma peur sincère des dangers de la route. Pour la violence, j'avais beau gueuler ça ne faisait aucun effet, ils n'ont jamais été méchants mais ils aimaient trop la bagarre. S'ils n'étaient pas méchants je ne crois pas non plus que c'était parce que je leur serinais que c'est pas bien de faire ci ou ça mais plutôt parce qu' ils n'ont jamais été eux mêmes victimes de méchanceté de la part de leurs parents. Leur père n'est pas du tout macho, ils n'ont jamais été machos. Ni d'ailleurs homophobes ou racistes, sans aucune volonté "pédagogique" de notre part. En revanche les gosses qui avaient des parents racistes se montraient eux aussi racistes.
    Bref j'aimerais bien me dire que c'est grâce à moi s'ils ont telle ou telle qualité, un riche vocabulaire, un esprit vif, etc. mais je crois qu'ils ne le doivent qu'à eux mêmes, et que ce que leurs parents ont fait de mieux c'est surtout ce qu'ils n'ont pas fait: ne pas les brutaliser ou les négliger, ne pas tenir de propos racistes, sexistes, homophobes, ne pas ignorer leurs questions ou leur désir de discuter, etc.
     
    henri belhache apprécie ceci.
  22. Oni21
    Offline

    Oni21Membre du forum Membre actif

    264
    20
    5
    Avr 2017
    Homme
    France
    Marc, la sécurité sociale, où les sociétés de secours mutuelles existent depuis le 17ème siècle au moins, et les gens qui les ont créé ne devaient sûrement pas se dire anarchiste, même si l'idée l'est clairement.

    Pour moi les croyances et les religions ont été également porteuses de valeurs. Et les hommes qui ont vu une opportunité de pouvoir à travers les croyances et religions, les ont rapidement mises sous le tapis. Enfin je pense que les valeurs fondamentales sont inscrites en nous et que les religions étant l'expression, à l'origine, des valeurs des communautés, ont été le vecteur de propagation.

    L'idée de ne pas faire aux autres ce que tu ne veux pas qu'il te fasse, c'est clairement énoncé par Jesus, mais ça doit sûrement remonter bien avant. Et n'oublie pas que nous croyons tous en quelques choses, c'est inhérent à notre nature. Après certains sont aveuglés et d'autres sceptique. Rien qu'en regardant ici, j'ai dès fois l'impression que certains considère comme des prophètes les anars du 19ème, alors qu'il est tout à fait envisageable de critiquer et leurs actions et certains propos. Ninaa a d'ailleurs relevé plusieurs citations de Proudhon qui sont clairement misogyne.