Chargement...

Des espaces temporaires d'anarchie?

Discussion dans 'Activisme, théories et révolution sociale' créé par John Murray, 11 Juillet 2016.

  1. John Murray
    Offline

    John MurrayMembre du forum Membre actif

    109
    16
    1
    Sept 2013
    France
  2. libertaire, individualiste
    (duplication par ninaa d'un HS du topic de présentation de gematria: Présentation )
    Bienvenu
    l'Anarchiste ne "croit" pas; il doute, s'instruit, se construit une éthique, essaye d'accorder
    ses actes avec celle-ci, doute, s'instruit ...
     
    Dernière édition par un modérateur: 12 Juillet 2016
    raaph apprécie ceci.
  3. Gematria
    Offline

    GematriaNouveau membre

    5
    3
    0
    Juil 2016
    Homme , 20 ans
    France
  4. anarchiste
    Oui mais certains anarchistes ne pense pas possible une anarchie dans le monde actuel. Quand je dis que je "crois" je dis que je "pense possible".
     
    raaph apprécie ceci.
  5. John Murray
    Offline

    John MurrayMembre du forum Membre actif

    109
    16
    1
    Sept 2013
    France
  6. libertaire, individualiste
    Je pense aussi qu'il est possible et même souhaitable de réaliser des espaces temporaires d'anarchie
    au sein de la société actuelle,
    contrairement à d'autres qui suivent un schéma révolution->destruction->construction d'une
    société nouvelle
     
    raaph apprécie ceci.
  7. Gematria
    Offline

    GematriaNouveau membre

    5
    3
    0
    Juil 2016
    Homme , 20 ans
    France
  8. anarchiste
    De toute façon l'un des problème de notre monde est là surpopulation, le passage par le chaos et la réduction de la population est quasiment inévitable. Les états ne laisseront jamais se monter des communautés anarchistes. Comme Makhno l'a fais à l'époque il faudra monter une armée.
     
    raaph apprécie ceci.
  9. Klik
    Offline

    KlikJeune Keupon Sauvage ! Comité auto-gestion Membre actif

    304
    91
    0
    Fev 2016
    Homme
    France
  10. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
    Tout juste !

    Bienvenu @Gematria@Gematria
     
    raaph apprécie ceci.
  11. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    5 470
    809
    316
    Fev 2014
    France
  12. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Je pense aussi en tout cas que c'est souhaitable d'essayer, ne serait-ce que pour vivre un minimum en accord avec ses idées, mais je ne crois pas qu'il soit possible de créer des "bulles" d'anarchisme dans une société capitaliste.
    A la limite, essayer de réaliser des espaces (même "temporaires") d'anarchisme contribue à nous faire réaliser qu'il n'y a d'autre solution pour espérer la justice sociale qu'une révolution globale. En tout cas ça a produit cet effet sur moi (participation à des squats, à divers projets "alternatifs"...)
    Une BD autobiographique (L'histoire d'une communauté autogestionnaire qui a duré trente ans) résume bien le problème des limites des expériences dans le cadre du système actuel:
    [​IMG]
    Tag autogestion - Anarchistes Ivry
    planetebd.com

    [​IMG]
     
    lalternactiviste apprécie ceci.
  13. John Murray
    Offline

    John MurrayMembre du forum Membre actif

    109
    16
    1
    Sept 2013
    France
  14. libertaire, individualiste
    La réalisation de ce que j'appelle espaces d'Anarchie n'est pas forcément la création de micro-sociétés vivant en autarcie ou d'espèces de laboratoires prototypes de la société future.
    Un espace temporaire d'Anarchie peut-être un camp estival auto-géré, une action directe sur le lieu
    de travail sans la direction d'un syndicat officiel, une manif insurrectionnelle, un repas de rue ...
    C'est la volonté de concrétiser des idées sans attendre la Révolution Globale, c'est activer
    le processus d'émancipation qui est au coeur de l'idéologie anarchiste.
     
    Marysarno, raaph et lalternactiviste aiment ça.
  15. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    5 470
    809
    316
    Fev 2014
    France
  16. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    OK, je suis d'accord avec ça. Même dans les luttes de terrain c'est essentiel à mon avis de proposer un mode d'organisation en rapport avec nos idées. C'est d'ailleurs pour ça que c'est difficile de militer avec des non anarchistes, qui refusent de fonctionner de façon horizontale.
     
  17. Klik
    Offline

    KlikJeune Keupon Sauvage ! Comité auto-gestion Membre actif

    304
    91
    0
    Fev 2016
    Homme
    France
  18. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
    Des squats par exemple !
     
    raaph apprécie ceci.
  19. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    5 470
    809
    316
    Fev 2014
    France
  20. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Je suis pas sûre que les squats ça soit le meilleur exemple... J'ai participé à plusieurs occupations et justement ce sont les expériences qui m'ont le plus fait ressentir les limites des expériences anarchistes dans un cadre capitaliste.
    Un exemple:
    - Il y a quatre ou cinq ans, un immeuble de six étages à Paris, collectif de militants et de familles mal logées (pour la plupart sans papiers).
    En principe:
    - les décisions (stratégie, communication - tracts, contacts médias, gestion du lieu, activités publiques...) sont prises collectivement en assemblée générale (AG).
    Le collectif peut donner son avis mais bien sûr les habitants (familles et militants) sont prioritaires.
    Toutes les chambres sont occupées, si l'une d'entre elle se libère les habitants doivent approuver leurs nouveaux "colocataires".
    Super, non?
    En réalité: L'HORREUR.
    Dès l'ouverture du squat il a été assailli par des mal logés qui suppliaient de leur "laisser une petite place". Certains (des réfugiés qui dormaient dehors depuis des mois) ont même essayé de s'installer de force et sont devenus violents quand on leur a demandé de partir. Ils ont menacé de revenir et de foutre le feu au squat. D'autres débarquaient au milieu de la nuit, avec des enfants, des bébés.
    Les flics ont débarqué un jour et ont défoncé toutes les portes des chambres individuelles. Résultat par la suite on tombait sur des gens qui profitaient que les sans papiers étaient au taf pour tenter de voler leurs affaires.
    Les décisions collectives? Quelques militants "professionnels" (absolument pas anarchistes) monopolisaient la parole. Le collectif s'était opposé à faire venir la presse dans le squat: ces militants ont quand même invité un journaliste, un jour où il n'y avait personne. Ils se présentaient au journalistes et aux élus comme "porte-parole du collectif", se constituaient en délégation, etc.
    Un jour un élu leur a dit qu'il fallait qu'ils se débarrassent des sans papiers, en échange de quoi il s'arrangerait pour mettre les dossiers HLM des familles avec papiers "sur le dessus de la pile". J'en passe et des pire encore...

    Ce genre de truc je l'ai vécu à plusieurs reprises et des squatteurs m'ont raconté des histoires équivalentes.
    Alors bien sûr pour éviter de se confronter à la "misère du monde" on peut faire des squats uniquement militants, où tout le monde se connaît et s'apprécie; où les enjeux humains ne sont pas trop dramatiques.
    On en revient au problème de départ, on est pas assez nombreux sur des bases anarchistes pour pouvoir occuper et tenir un squat.

    (accessoirement si on s'imagine qu'on est déjà en anarchie en occupant un squat nos chers amis de la police se chargent vite de nous rappeler à la réalité capitaliste...)
    (comme dans l'occupation d'un immeuble appartenant au PC: des dizaines de flics dans la rue pour nous déloger mon copain et moi, les familles ayant heureusement réussi à quitter le squat avant qu'ils arrivent...)
    Le PC expulse des squatteurs
     
    FreeBird et lalternactiviste aiment ça.
  21. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    5 912
    500
    3,802
    Nov 2012
    Je ne suis pas vraiment d'accord avec toi Ninaa quand tu dis que le squat ne serait pas, comme le disent Murray & Klik :
    - "Un espace temporaire d'Anarchie peut-être un camp estival auto-géré, une action directe sur le lieu
    de travail sans la direction d'un syndicat officiel, une manif insurrectionnelle, un repas de rue ..."
    - "Des squats par exemple !"
    - "Je suis pas sûre que les squats ça soit le meilleur exemple..."

    Un squat militant (ou un lieu loué/acheté, qu'importe) est un lieu collectif, militant, autogéré sur des bases dites "anarchistes" (mais plus sérieusement, sur des bases anti capitalistes/sexistes/racistes... fonctionnant de façon horizontal).
    Un lieu où la vie en communauté & en autogestion (entre autres des tâches) est un excellent apprentissage/expérience pour vivre les avantages et, hélas, les inconvénients d'une vie collective et militante. C'est là où "Sexe, Classe et Race" (comme dirait Angela Davis) peut ne plus signifier grand chose et c'est là où personnalité & maturité peuvent s'épanouir politiquement !



    Tout comme, lorsque tu dis :
    "Alors bien sûr pour éviter de se confronter à la "misère du monde" on peut faire des squats uniquement militants, où tout le monde se connaît et s'apprécie; où les enjeux humains ne sont pas trop dramatiques."
    La "misère du monde" est très très loin d'être l'exclusivité des squats dits d'habitation, galérien ou sans-pap'... Il y a 100000000 fois pire !
    Un squat ou lieu militant est rarement un havre de paix où tout le monde s'apprécie !
    Il peut aussi, hélas, être très "galérien" et très loin d'être "récréatif", avec les mêmes galères/embrouilles qu'on retrouvent partout ! ( + celles liées au militantisme !)

    Mais bon, un squat d'habitation tout comme un squat politique peut être vraiment génial !
    Et donc : "1 expulsion, 1000 occupations !"
     
  22. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    5 470
    809
    316
    Fev 2014
    France
  23. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    C'est vrai que je dois donner l'impression de vouloir décourager... alors que je suis toujours pro squat à fond, pour les mêmes raisons que toi!
    J'avoue que multiplier les expériences négatives m'a un peu porté au moral. Les récits d'autres squatters n'ont pas arrangé les choses... Pourtant il m'est arrivé d'entendre des histoires plus positives, par exemple mon compagnon qui a participé à l'ouverture du mythique K.S. de Ris Orangis en garde un souvenir génial, malgré quelques bémols (comme tu dis "comme dans la vie plus les problèmes liés au militantisme).
    Le CAES : Mémoires d’un squat légendaire
    Ce qui me remonterait vraiment ce serait entendre des exemples précis de squats fonctionnant ainsi. J'ai eu cette impression lors de l'ouverture du transfo et puis il y a eu cette histoire d'agressions sexistes.
    Indymedia Nantes | Articles | Show | Suite aux collages anarchistes féministes (région parisienne/2013)
    Est-ce que toi personnellement tu as déjà vécu une expérience dans un squat où ça fonctionnait vraiment comme tu le décris? Tu pourrais donner des détails? (comment se géraient les conflits par exemple?)
    Personnellement je n'ai jamais vu pire que des familles avec enfants à la rue par un froid de chien, en pleine nuit, qui te supplient de les laisser entrer dans ton lieu "d'utopie concrète", et toi tu ne peux pas faire autrement que les renvoyer à la rue.

    Un site incontournable, squat.net:
    [Squat!net]

    Je trouve que le doc espagnol "Squats" est également incontournable, les problèmes (et éventuelles solutions) sont universels à mon avis, tu aurais ça en magasin?

    Universels et intemporels: je pense aussi au film sur la communauté la Cécilia. (même demande, allpower?)
     
  24. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    5 470
    809
    316
    Fev 2014
    France
  25. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
  26. Klik
    Offline

    KlikJeune Keupon Sauvage ! Comité auto-gestion Membre actif

    304
    91
    0
    Fev 2016
    Homme
    France
  27. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
    Pour etre honnete, je n'ai jamais squatté, du fait de mon jeune age, mais aussi car j'habte en cambrouse profonde, donc je ne sais pas vraiment comment ça se passe, mais de tout ce que j'ai pus lire sur différents squatts, jamais je n'avais lu ce que décris Ninaa ...
     
  28. John Murray
    Offline

    John MurrayMembre du forum Membre actif

    109
    16
    1
    Sept 2013
    France
  29. libertaire, individualiste
    Chaque histoire est différente, elle est le produit de ses acteurs
    Un squatt peut donc être une expérience d'auto-gestion émancipatrice pour les participants
    et ceux qui gravitent autour ou le lieu d'une dérive sectaire et/ou autoritaire
     
  30. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    5 470
    809
    316
    Fev 2014
    France
  31. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Pour être honnête si les squats dont j'ai évoqué l'histoire étaient encore en activité je me serais bien gardée de dire la vérité, dans l'espoir qu'il y ait quand même moyen d'arranger les choses. C'est aussi ce que disent ceux qui ont participé à "La Communauté" (voir plus haut la BD autobiographique).
    J'espère bien en effet que mes tristes expériences (et celles de divers amis) sont seulement dues à la malchance.
    C'est pourquoi encore une fois ce qui me réconforterait le plus serait de lire des témoignages sur des expériences positives, et surtout sur la manière dont se résolvaient les conflits (par exemple entre ceux qui croient que les élus peuvent être un soutien et les illégalistes).
    J'ai quand même connu des squats où ça se passait bien mais les habitants se connaissaient tous de longue date et refusaient d'accueillir des inconnus.
    Quoi qu'il en soit je voulais surtout souligner que jamais, jamais, je n'ai eu autant l'impression d'être dans un système capitaliste et sécuritaire que quand j'occupais un squat (répression, contact avec des gens dans la détresse sociale la plus atroce, difficultés matérielles).
    Je voulais aussi souligner le décalage qui existe entre les gens qui ne peuvent pas faire autrement que squatter (sans papiers en particulier) et ceux pour qui c'est censé être une "expérience émancipatrice".
     
  32. Klik
    Offline

    KlikJeune Keupon Sauvage ! Comité auto-gestion Membre actif

    304
    91
    0
    Fev 2016
    Homme
    France
  33. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
    Ben justement, j'trouve que c'est pas mal cette différence ... ça permet d'avoir un petit peu de tout, et de montrer que les squatts, c'est pas juste pour les s.d.f ...

    Sinon, au niveau squatt, j'ai vu un reportage sur youtube, d'un squatt qui s'apelle Le Wagon, en Bretagne ( apparemment, il est assez connu ) mais il à fini par être détruit...
    Dans le reportage, les décisions collectives ont l'air de bien se passer (mais c'est un reportage, donc, des choses sont coupées, donc on sait pas tout ) ...
     
  34. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    5 470
    809
    316
    Fev 2014
    France
  35. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Oui, d'accord avec toi, en soi c'est plutôt bien, mais je pense que les militants devraient être au moins conscients que les motivations ne sont pas forcément les mêmes. Je n'ai jamais connu de familles mal logées qui squattaient par goût (pour faire une "expérience émancipatrice"), ça existe peut-être mais ça doit être plutôt rare à mon avis.
    Un des problèmes principaux qui se pose quand on squatte avec des sans papiers en situation dramatique est le chantage quasi systématique des autorités ("si vous faites des activités publiques on expulse les familles"), c'est ce qui s'est passé au squat le Dilengo à Ivry sur Seine.
    Car il y a une question que j'ai oublié de mentionner et qui est super importante, ce sont les activités publiques (débats, concerts, permanences de collectifs) comme à l'ATTIEKE par exemple.
    (à propos de l'attieke une bonne nouvelle!)
    Centre social l'Attiéké.
    Difficile de faire un concert de soutien qui rapporte quoi que ce soit si on doit payer la location d'un lieu (comme le CICP).

    Je suis pas sûre que c'est le même squat mais j'ai un copain keupon qui allait régulièrement en Bretagne dans un lieu autogéré et pour lui c'était le paradis! ça pouvait tenir à des tas de raisons, par exemple les gens étaient tous plus ou moins du même "mauvais" genre (peu d'électoralistes chez les keupons, c'est toujours ça de merde en moins!).
     
  36. Klik
    Offline

    KlikJeune Keupon Sauvage ! Comité auto-gestion Membre actif

    304
    91
    0
    Fev 2016
    Homme
    France
  37. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
    Des familles, surement pas, mais des gens qui veulent faire des "experiences d'emencipation" c'est probable qu'il y en ai.
    Par exemple, moi. Je vis chez mes parents (j'ai 14 ans) qui sont des prolos. Ils ne gagnent pas beaucoup, mais se sont toujours débrouillés pour qu'on ne manque de rien. Cependant, j'ai toujours étais intéréssé par les squats, la rue en somme, et j'aimerai essayer de squatter, et si jamais l'expérience est intéréssante, renouveler ! J'imagine que je ne suis pas le seul dans ce cas ...

    Sinon, pour le squat dont je parlais plus haut, voici la première partie du documentaire ( tu trouvera les autres avec la lecture automatique ) :
     
    ninaa apprécie ceci.
  38. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    5 470
    809
    316
    Fev 2014
    France
  39. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    J'ai du mal me faire comprendre, bien sûr qu'il y a des squatters motivés par les expériences d'émancipation! Et je te souhaite de tout coeur de trouver les gens avec qui tu pourras vivre cette expérience!
    Je voulais juste souligner que leurs motivations ne sont pas les mêmes que celles des gens (avec enfants ou pas) qui squattent "par défaut", et qui sauteraient immédiatement sur n'importe quelle occase d'avoir un logement HLM, même un tout petit, même un moche; et pour qui la vie en collectivité est une corvée dont ils se passeraient carrément!
    Merci pour le doc, je vais regarder ça, je reconnaitrai peut-être mon copain?
    En repensant à notre discussion je me suis demandé pourquoi cette expérience de squat marchait bien: il me semble que c'est parce qu'il n'y avait pas de problème de division du travail (les habitants étaient tous des glandeurs et fiers de l'être...). Or quand on lit par exemple la BD "la Communauté" (voir plus haut) on se rend compte que la question du travail est au centre de nombreuses engueulades. ("C'est toujours moi qui fait les corvées" "mon boulot est plus chiant que le tien", etc.)
    Finalement illégalité mise à part ces expériences sont assez proches de vacances ou projets entre potes (qui ne se terminent pas forcément dans la joie et pour les mêmes raisons à mon avis).
     
Chargement...