Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Histoire de 30,000 à 50,000 volontaires dans les brigades anti-fascistes espagnols

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 25 Janvier 2010.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 719
    265
    2,134
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]Volontaires "étrangers" dans les milices anarchistes ou dans
    les brigades internationales.
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif][COLOR=#000000][/COLOR][/FONT]
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]Entre 30 000 et 50 000 « étranger-e-s » ont participé à la lutte contre le fascisme entre 1936 et 1939. Contrairement à la légende, tous n’étaient pas incorporés dans les brigades internationales. Qui étaient-ils ?[/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    D’abord, les Olympiades Populaires devaient se dérouler du 22 au 26 juillet à Barcelone, en contrepoint des Jeux Olympiques de Berlin. De nombreux militants et sportifs anti-fascistes qui se trouvaient déjà sur place, ont pris part à la riposte du 19 juillet.[/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    Ensuite, plusieurs milliers de réfugiés anti-fascistes italiens, allemands, autrichiens, polonais,… étaient disponibles -en France- et décidés à se battre « aujourd’hui en Espagne, demain en Italie. » selon la formule du socialiste Rosselli.[/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    En France, malgré la victoire des grévistes, il restait de nombreux chômeurs, eux aussi, prêts à combattre pour la révolution sociale qui prenait forme en Espagne.[/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]C’est ainsi que quelques jours après la riposte ouvrière, des centaines d’italiens, réunis à Barcelone (socialistes, républicains, anarchistes, communistes), demandèrent aux syndicats d’officialiser la création de leur Colonne. L’UGT et la CNT refusèrent, en leur proposant d’intégrer les milices de leurs choix : CNT ; FAI ; PCE ; POUM ; UGT… Les camarades italiens après négociations avec les dirigeants de la CNT, constituèrent une brigade unitaire italienne ET intégrés à la colonne Ascaso.[/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    Pour la CNT, en cet été 1936, le problème n’est pas l’absence de combattants, mais le manque cruel de munitions et d’armes. Moins d’un mois après leurs départs, les milices avaient quasiment épuisé toutes leurs munitions. Rapidement, la CNT conseilla donc, aux français, aux anglais, etc. de rester dans leur pays afin de briser le blocus, d’organiser la solidarité et l’acheminement d’armes.[/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]Rien n’y fit, les volontaires arrivèrent de plus en plus nombreux. Par exemple, le groupe international de la Colonne Durruti, compta plusieurs centaines de combattants : Français (la centurie Sébastien Faure) ; allemands, italiens, bulgares, belges, scandinaves, africains et nord-africains, nord-américains, néo-Zélandais, asiatiques,…[/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    Tous n’étaient pas anarchistes, dans la mesure où Staline ne décida de la fondation des brigades internationales qu’à l’automne 1936. A l’inverse, tous les volontaires étrangers intégrés dans les brigades internationales n’étaient pas communistes.[/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]Une partie de ces volontaires rentraient relativement rapidement chez-eux ou changeaient de colonnes. Camillo Berneri dénonça cette attitude, ce tourisme révolutionnaire.[/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]Si les brigades internationales furent officiellement dissoutes en 1938, certains combattirent jusqu’à la fin et se re-trouvèrent avec leurs compagnons espagnols dans les camps de concentrations français.[/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]On peut dire que ces volontaires de la liberté ont été trahis et assassinés quatre fois :
    - une fois par les sociaux démocrates européens (et surtout les socialistes français) ;
    - une fois par les fascistes (espagnols, italiens et allemands) ;
    - une autre fois par les fascistes de Vichy qui les "donnera" à Berlin -
    et une dernière par Staline et ses laquets...
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    Oubliés, marginalisés, car porteurs d'iédes génantes par tous ces politiciens de l'après guerre.
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    [/FONT]
    [FONT=Times New Roman,Times,serif]
    [/FONT]
    [​IMG]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]15è brigade internationale
    bataillon Mackenzie-Papineau
    formé par des canadiens francophonnes et anglophonnes.
    [/FONT]​
    [​IMG]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]Groupe de
    volontaires Bulgares
    sur le front d'Aragon
    [/FONT]​
    [​IMG]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]Eroll Flyn en visite sur
    le front avec des
    compatriotes américains.
    De nombreux acteurs et actrices apporteront leur soutien à la lutte
    contre le fascisme.
    [/FONT]​
    [​IMG]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]Volontaires étrangers
    intégrés aux Colonnes
    du POUM.
    Goerges Orwell
    en faisait partie
    [/FONT]​
    [​IMG]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]Pologne 1936 : réunion de soutien aux brigades internationales et à la lutte anti-fasciste. [/FONT]​
    [​IMG]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]Groupe International
    de la Colonne Durruti.
    [/FONT]​
    [​IMG]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]Milicien français intégré à la Colonne Durruti.[/FONT]​
    [​IMG]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]1937, Indira Gandhi, Neru et une délégation du
    Parti du congrès (Inde)
    en visite à Barcelone ici sur
    le toit de la casa CNT FAI.
    [/FONT]​
    [​IMG]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]Le comité Espagne libre fondé par Louis Lecoin organisa non seulement un soutien matériel, humain et aussi du matériel de guerre aux compagnons espagnols.[/FONT]
    [​IMG]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]Affiche éditée aux Etats-Unis en soutien aux anti-fascistes. Elle réclame la fin de l'embargo des armes pour la République Espagnole :
    "L'embargo (et la non-intervention) est un exemple flagrant qui aide les aggresseurs aux dépends des victimes."
    [/FONT]
    [​IMG]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]Homage Populaire du
    peuple asturien à ses
    frères du Mexique.
    Organisé par les organisations libertaires d'Asturies.
    [/FONT]
    [​IMG]
    [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]Guerre et travail
    Sang et Sueur,
    Un peuple de géants t'envoie
    Ton frère mexicain
    t'offre sa liberté.

    Le gouvernement
    mexicain est un
    des rares à
    n'avoir jamais reconu
    le régime franquiste.
    [/FONT]​
    [​IMG] Dès août 1936, le gouvernement Blum et le gouvernement anglais prônent la NON intervention.
    Durant l'hivers 36 37, le Front Populaire fait fermer la frontière franco-espagnole aux armes et aux volontaires.
    [​IMG] [FONT=Arial, Helvetica, sans-serif]Momnument
    aux volontaires de la Brigade Abraham Lincoln érigé sur le campus
    d'une université à Whashington USA
    [/FONT]
    Répartition des volontaires par "nationalités" :
    - français : 10 000 dont (3000 furent tués)
    - allemands & autrichiens : 5000
    - italiens : 3500
    - américains du nord (Etats-Unis et Canada) : 3900
    - britaniques : 2000
    - yougoslaves : 1200
    - autres slaves : 1500
    - scandinaves : 1000
    - etc.
    Lire aussi : l'interview de deux militants de la CNT consacrée au film de Ken Loach : Land and Freedom (Tierra y Libertad)
    Entre le 21 et le 31 juillet 1936 les premières colonnes révolutionnaires partent de Barcelone en direction de l'Aragon ou de Madrid. Voici leur composition :
    - CNT-FAI : 13 000 miliciens ;
    - POUM : 3000 ;
    - UGT : 2000 ;
    - Généralité de Catalogne et gardes d'assaut : 2000. ​
     
  3. Rav
    Offline

    RavNouveau membre

    6
    0
    0
    Fev 2010
  4. anarcho-syndicaliste
    Dis-moi AnrchOi, le sujet m'intéresse, d'où proviennent les photos stp?
    Si ca peut intéresser du peuple, il y a un cd audio reprenant une série d'émissions passées sur radio libertaire, ou un étudiant en histoire explique le rôle des brigades internationales dans la guerre d'Espagne! C'est génial, le mec a beaucoup de charisme et s'exprime très bien, beaucoup de sources, bien documenter! Si je réussis à remettre la main dessus je l'upload!
     
  5. le grand timonier
    Offline

    le grand timonierMembre du forum Expulsé par vote

    36
    0
    0
    Sept 2010
    j'avais un ancêtre qui y était!!
    durant la guerre il a rejoint le PCF clandestin, et fut militant maoiste durant les années 60(voyage en Chine en 1980, dont il est revenu emerveillé). un homme exemplaire, décédé en 1991...triste année pour tous les anticapitalistes de la planète...

    c'est un peu en son honneur que j'ai pris ce pseudo.

    il est interessant de fouiller ses vieilles histoire de famille! malheureusement j'ai découvert que j'avais aussi un gestapiste dans ma famille. je ne l'ai su qu'après sa mort, mes parents ne me lont jamais dit! c'était mon grand père paternel . il a officié à Lyon, sou sles ordres de Paul TOuvier. il se vantait parfois d'avoir fait fusillé plus de 100 personnes, et déporter plusieurs dizaines de juifs, après certains repas de famille trop arrosés.
    mais moi à 12 ans je calculais pas grand chose, il parlait seulement de vieilles histoires de guerre et d'holocauste dont je ne connnaissais que peu...

    il a eu une mort ridicule, mais assez ironique au regard de l'Histoire : il a eu une crise cardiaque lors de la condamnation de Maurice Papon, qu'il disait connaitre (et apprécier bien sur..)

    Bref, un gros con...