Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Capitalisme & mondialisation Coca-cola tente de censurer un film sur ses pratiques douteuses

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 9 Mars 2010.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 682
    242
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    La célèbre multinationale américaine a tenté d’interdire la diffusion d’un film documentaire dénonçant ses pratiques sociales en Colombie, voire son implication dans le meurtre de plusieurs syndicalistes. "Je n’en reviens toujours pas." Vincent Mercier, président du Festival international du film des droits de l’homme à Paris a eu les honneurs d’une lettre signée Coca-Cola. La firme gazeuse le menace de poursuites judiciaires s’il diffusait un film documentaire, "L’Affaire Coca-Cola", programmé en ouverture le 9 mars prochain.

    Un film de 85 minutes qui pointe une éventuelle complicité de la multinationale dans le meurtre de huit syndicalistes colombiens dans les années 90.



    « La liberté d’expression donne le droit de diffuser ce film en France. Je ne comprends pas la démarche de Coca dans sa mise en demeure. » Pas franchement étonnant, selon l’ancien secrétaire général de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) – et néanmoins avocat de Bakchich –, William Bourdon, qui s’est chargé de renvoyer l’entreprise d’Atlanta dans les cordes. « C’est une technique assez courante des multinationales de sortir les muscles sur rien pour faire taire les gens. C’est ce que j’appelle la technique du scorpion. On cherche à paralyser le mouvement par des menaces comme un scorpion qui empoisonne sa proie. »


    (...) Depuis 1986, 4 000 syndicalistes ont été assassinés en Colombie. Cinq cas seulement ont fait l’objet de poursuites. Au pays du président Uribe, tout ce qui ressemble de près ou de loin à un contestataire doit se faire discret ou subir les foudres des paramilitaires. Les multinationales en auraient-elles profité pour anéantir tout mouvement syndical, jusqu’à commanditer des assassinats ? Le géant américain des bananes Chiquita a avoué avoir eu recours aux services des AUC, ces milices d’extrême droite connues pour avoir fait régner la terreur. Les exploitants des mines Drummond sont, eux aussi, soupçonnés d’avoir assassiné des syndicalistes. Source et suite
     
  3. Pheines
    Offline

    PheinesEngagé Membre actif

    67
    0
    0
    Jan 2010
  4. anarcho-communiste, synthèsiste
    Comme quoi le capitalisme tue...
    Dans la société actuelle les grosses multinationales feraient des génocides pour de l'argent. On en est pas encore là mais déjà un patron qui tue des ouvriers syndicalistes ça me fait penser à l'esclavage.
    Capitalisme ≠ Humanité
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    1
  2. Réponses:
    12
  3. Réponses:
    4
  4. Réponses:
    0
  5. Réponses:
    2
  6. Réponses:
    0
  7. Réponses:
    0
  8. Réponses:
    12