Chargement...

Cinq émissions de radio sur l'anarchisme

Discussion dans 'Activisme, théories et révolution sociale' créé par Stéphane Bazoches, 9 Mai 2018.

  1. Stéphane Bazoches
    Offline

    Stéphane BazochesMembre du forum Membre actif

    105
    27
    3
    Juil 2017
    Homme
    France
    On peut encore les trouver sur le site de France-culture mais je les mets sur un serveur, elles seront disponibles plus longtemps…



    Quatre émissions de La Fabrique de l’Histoire

    Premier temps d'une semaine dédiée à l'histoire des anarchies.

    Aujourd'hui, la naissance du mouvement anarchiste, depuis le Congrès de Saint-Imier en compagnie de Marianne Enckell et Mathieu Léonard.
    Nous cheminerons de Proudhon à Marx et de Marx à Bakounine et nous intéresserons aux organisations internationales de travailleurs et aux conflits théoriques qui les ont traversées.

    « Si l’on veut tâcher de profiter des enseignements de Saint-Imier en 1872, on pourrait essayer de rétablir une vraie Internationale sur cette base : solidarité dans la lutte économique contre le capitalisme ; solidarité dans la lutte contre l’autorité, l’État ; solidarité dans le rejet absolu de la guerre et des oppressions nationalistes ; autonomie complète sur le terrain des idées et de la tactique, ce qui implique la non-intervention dans les affaires des autres et le rejet de tout monopole et de toute dictature. »
    Max Nettleu 1922


    Deuxième temps de notre semaine sur l'histoire des anarchies.

    Aujourd'hui un documentaire de Séverine Liatard réalisé par Véronique Samouiloff.
    Ce 22 janvier 1923, une jeune femme de 20 ans, mineure, abat à bout portant le chef des Camelots du roi, Marius Plateau.

    Germaine Berton est anarchiste. Elle assassine ce membre important de l’Action française parce qu’elle juge la Ligue royaliste responsable de l’assassinat de Jaurès et du journaliste Miguel Almereyda et responsable aussi d’un incessant climat de violence.
    L’itinéraire politique de Germaine Berton est fulgurant et emblématique d’une ultra gauche antimilitariste, exaltée par la Révolution bolchevique et en quête d’une société nouvelle au lendemain de la première guerre mondiale.
    Durant les onze mois qui séparent le crime du procès, l’affaire connaît une importante médiatisation qui met alors en jeu les différentes composantes politiques de la société française de cette époque.
    Germaine Berton a tué pour des idées et revendique son crime dans une France qui rechigne à accorder l’égalité politique aux femmes.
    En transgressant ainsi violemment l’ordre social et sexué, le personnage interroge et fascine.


    Troisième volet de notre semaine consacrée à l'histoire des anarchies.

    Ce matin, à travers des textes de l'époque nous parlerons des anarchistes espagnols et de leur rôle dans l'histoire de ce pays.

    Aujourd'hui, avec trois historiens, nous parlerons des anarchistes espagnols.
    De cette histoire nous connaissons surtout la fin, celle qui fait des anarchistes une des composantes essentielles de la Guerre civile espagnole.
    Or, le mouvement anarchiste fait ses premiers pas en Espagne dès 1868 quand Giuseppe Fanelli arrive à Barcelone.
    Voici ce qu'Anselmo Lorenzo, qui deviendra un des leaders du mouvement anarchiste espagnol dit de lui:
    « Fanelli était grand. Il avait l'air bon et sérieux, portait une épaisse barbe brune et ses grands yeux noirs et expressifs lançaient des éclairs ou reflétaient la plus grande commisération, selon les sentiments qui l'animaient. Sa voix, qui avait une sonorité métallique, était capable de prendre toutes les inflexions qui convenaient à son propos, passant rapidement de la colère et de la menace, quand il fulminait contre les tyrans et les oppresseurs, aux accents de pitié, du regret, de la consolation, pour évoquer les souffrances opprimés, soit qu'il les comprît sans les avoir subies, soit qu'en véritable altruiste, il prît plaisir à présenter un idéal ultra-révolutionnaire de paix et de fraternité. Il parlait en français et en italien, mais nous comprenions sa mimique expressive et nous suivions son exposé ».
    Anselmo Lorenzo (1842 - 1914) El Prolteriado militante, 1913

    Quatrième et dernier rendez-vous de notre semaine consacrée à l'histoire des anarchies.


    Ce matin place au débat historiographique avec une question: "y- a-t-il eu une internationale anarchiste"?

    Aujourd'hui nous essayons de savoir si nous pouvons parler ou pas d'une internationale anarchiste.
    Le débat sur ce thème est vif, en particulier depuis la publication, à la fin des années 2000, de la thèse de Vivien Bouhey, qui, à partir d'archives de police, revenait sur l'idée développée par Jean Maitron, pionnier de l'histoire de l'anarchisme, d'une organisation minimale des anarchistes français.
    Faut-il prendre au pied de la lettre les accusations de "complot anarchiste" développées par les gouvernements de la fin du XIX ème siècle ? Ou , au contraire, considérer qu'il y avait dans le développement de la "propagande par le fait" une multitude d'acteurs sans lien organique entre eux ?
    « Autrefois, j'étais poète et tyran.
    Maintenant je suis artiste et anarchiste
    » .
    Oscar Wilde, l'Ermitage, juillet 1893

    Un documentaire sur « Les clairières libertaires, une vie communautaire d’anarchiste en 1900 ».

    Fonder une communauté de vie et de travail hors du salariat pour montrer qu’une autre vie est possible : sans domination, reposant sur l’entraide et les rapports harmonieux entre femmes et hommes.

    Dans les années 1890, la voie avait été ouverte, entre autres, par le milieu libre de Stockel en Belgique ou la colonie Cecilia au Brésil. Au XXe siècle naissant, l’expérience est poursuivie en France. L’histoire discrète de ces essais libertaires serait sans doute restée muette si quelques historiens de l’anarchisme et du mouvement ouvrier n’avaient buté dessus et redonné un nom aux visages glanés sur les rares photos qui nous sont parvenues : Fortuné Henry, Sophia Zaïkowska, Georges Butaud…

    « L’anarchisme individualiste émerge à la fin du XIXe siècle, mais il devient un courant visible dans les premières années du XXe siècle. Le principe de l'anarchisme individualiste, c'est que la révolution doit commencer déjà par soi-même, c'est-à-dire que l'on ne doit pas attendre d'un grand soir hypothétique que tout change, si les individus n'ont pas déjà changé eux-mêmes » .
    Anne Steiner

    Ces vies particulières à la belle époque seront voilées par la Première Guerre mondiale et par la révolution russe de 1917, qui, par ricochet, rebattra souvent les cartes de ces milieux anarchistes.

    « lls ont comme credo que tout est politique, que le plus minuscule de nos gestes est politique ». Anne Steiner

    Leurs traces nous conduisent à Vaux dans la nature champêtre et à Aiglemont dans la forêt des Ardennes, où deux colonies voient parallèlement le jour en 1903.

     
  2. Anarchie 13
    En ligne

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    6 627
    314
    138
    Jan 2009
    France
  3. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    merci :)
     
Chargement...