Chargement...

Documentaire Barcelone, les vendeurs de rue sans-papiers dans le collimateur (2019) Doc 32'

Discussion dans 'Documentaires et films' créé par allpower, 17 Septembre 2019.

  1. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    7 832
    1 002
    4,364
    Nov 2012
    Barcelone, les vendeurs de rue sans-papiers dans le collimateur
    by Arte Regards
    2019
    32'


    [​IMG]

    [​IMG]

    [​IMG]

    [​IMG]

    [​IMG]

    [​IMG]

    En été, lorsque les touristes affluent à Barcelone, les vendeurs à la sauvette (manteros) sont omniprésents. Ils seraient 800 à 900, mais personne ne connaît leur nombre exact. Pour la plupart d’entre eux, la vente de contrefaçons est l’unique source de revenus. Mais de nombreux Barcelonais se plaignent de la multiplication d’étals sur les trottoirs.

    Assane a quitté le Sénégal pour l’Espagne il y a quatre ans et demi. Ce sans-papiers vend des t-shirts contrefaits dans les rues de Barcelone. Il est toujours sur le qui-vive pour éviter de se faire appréhender par la police, car il risque la confiscation de sa marchandise, une amende, voire une peine d’emprisonnement de plusieurs années. "Quand je suis arrivé en Europe, je pensais que ma vie serait meilleure ici. Mais c’est très difficile. Les Espagnols s’énervent tout le temps après nous, alors qu’on essaie juste de survivre."
    Daouda, quant à lui, est parvenu à régulariser sa situation. En 2015, ce Sénégalais a créé avec quelques amis Top Manta, un syndicat des vendeurs ambulants qui possède sa propre marque de vêtements et une boutique. L’homme, âgé de 34 ans, vend à présent dans le centre historique de Barcelone des t-shirts et des polos portant des messages politiques tels que: "vêtements légaux, fabriqués par des illégaux" ou "Personne n'est illégal". Daouda est fier d’avoir contribué à ces créations d’emplois et d’être le porte-parole des vendeurs : "Nous avons besoin d’un lobby. On veut nous chasser, on nous maltraite, mais nous ne repartirons pas. L’Europe a pillé l’Afrique. Nous ne pouvons plus rester là-bas. Alors maintenant, nous vivons ici."
    Parallèlement, de plus en plus de comités de quartier voient le jour, comme l’Association de voisinage de la Barceloneta, qui demande à la municipalité d’enrayer la vente à la sauvette. Les restaurateurs disent avoir enregistré un recul de leur chiffre d’affaires et les artistes de rue se sentent pénalisés. À Barcelone, l’ambiance est explosive...

     
    Dernière édition: 17 Septembre 2019
Chargement...

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 5)

  1. allpower
  2. pierrem
  3. Bisounour
  4. louismehmes
  5. Fubadero