Chargement...

Banlieue Rouge (1996, Fanzine La Binouze #4)

Discussion dans 'Archive' créé par Ungovernable, 20 Mai 2007.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 678
    237
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Banlieue Rouge, formé en 89 splitera fin été 98, après nous avoir donné 5 albums dans un Live. Safwan et Simon (le dernier bassiste) forment aujourd'hui Akuma (dans la lignée de Sous un ciel écarlate) alors que Jeff et Sylvain avait prévu de faire un groupe de pop avec François Béru. Interview avec Jeff par CLM.

    Quels sont les changements qui ont eu lieu au sein du groupe ?

    Et bien Xavier, un membre fondateur du groupe et bassiste du groupe nous a quitté. Je crois que c’est un truc qui devait arriver, nous n’étions plus dans la même ligné musicale puis il avait le goût de faire autre chose. Cependant, il y a un petit nouveau auprès de l’équipe Banlieue: Simon, un jeunot de 20 ans (je m’en vais sur mes 27, alors !) Nous avons une bonne complicité avec lui, on a passé tout l’été à travailler ensemble, question de remettre notre concert sur pied, et voilà depuis l’automne dernier nous tournons à travers le Québec.

    Qu’est-ce que fait Xavier maintenant ?

    Je crois qu’il est en train de mettre sur pied quelque compos, je ne sais pas s’il veut endisquer ou quoi, je sais aussi qu’il travaille beaucoup dans les bars. Je pense qu’il avait besoin de se changer les idées.

    Quelles relations entretenez vous avec les autres groupes québécois ? Et avec quels groupes ?


    Je dirais que depuis le changement de la boite a rythmes à la batterie nous avons de meilleur contact avec la scène québécoise (je pense que le beatbox faisait peur à bien des gens). Bref oui nous avons de bonnes relations avec la scène, nous n’avons pas encore fait de projet commun avec d’autres groupes à part le CD " noël dans la rue " et quelques concerts bénéfices avec des groupes tels Grim Skunk, Anonymus, Barf, Groovy Aardvark…

    Comment s’annonce le futur de Banlieue Rouge ?


    Et bien nous travaillons sur le nouvel album, jouons beaucoup au Québec, nous sommes aussi en train de tout restructurer l’organisation (ça c’est presque finit) et nous réadaptons certains samples dans le concert, comme au bon vieux temps.

    Est-ce qu’on va avoir droit à notre tournée européenne cet été avec le band Les Marmottes Aplaties ?

    Bon c’est en discussion, mais tout dépend des subventions …(sourire).

    Y a t’il un album en préparation si oui peux tu nous en parler ?


    Oui oui oui… Je crois qu’il va y avoir des sonorités différentes dans celui là. Pas de variété, no way, mais de la bonne disto tout à fond punk hardcore mélodique.

    On a vu le changement musical qui a eu lieu lors du dernier album, pourquoi se mettre à faire ce style de musique maintenant et pas dès le début de votre carrière ?


    Il y a tout un cheminement, une évolution, un apprentissage de la musique, nous n’aurions pas pu faire de ce style là à nos débuts. Une bonne partie de cette évolution se fait d’elle même, une fois que je me suis acheté une batterie et que Safwan a mis la main sur une guitare. C’est évident que le style allait changer un peu, pour ma part je crois sincèrement que c’est meilleur, c’est plus rentre dedans, en concert c’est plus pratique que la boite à rythme. L’interaction musicien-public est beaucoup mieux, tu vois avec la boite tout est programmé d’avance, pas d’impro, si tu veux faire durer un moment de la chanson d’une intro oublie ça ! Et puis pour composer c’est trop bien comme ça. Bon je pourrais continuer comme ça longtemps, en même temps la différence du premier disque au dernier est dans la même ligne, c’est pas comme si nous nous étions mis à faire de la variété.

    Un truc au sujet de votre style des premiers albums, on parle de punks, style béru, mais j’ai pu remarquer dans les paroles que Safwan parlait beaucoup de skinhead alors comment tu définirais votre mouvance ?

    Bon, là ici tu parles à un ex poils, ce qui veut dire au Québec, un gars aux cheveux longs qui écoutait que du heavy metal lors de son adolescence alors skinhead, machin , punk, blabla, tant que les gens ne se tapent pas sur la gueule et que le respect règne entre tous… Vive la fête !

    Pourquoi ce changement dans l’écriture des paroles ?


    Encore là, ce que tu pense et que tu vis à 17 ans, versus ce que tu vis a 26 ans, c’est normal de voir les choses différemment. Là où les choses sont restées les mêmes avec Banlieue, c’est dans l’esprit de faire notre musique sans compromis, on a toujours fait à notre tête. Peu importe ce qui nous est arrivé, vol d’équipement, changements de musiciens, contrat de disque mal foutu, nous continuons et continuerons… sans reddition !

    Est-ce que t’as un mot à dire à tes lecteurs français ?

    Et bien il y a possibilité que nous venions faire une petite visite cet été, suivit d’un nouvel album à noël, soyez au rendez-vous.

    Quels sont tes meilleurs souvenirs ?


    Bon là il y en a, je vais seulement citer ceux de la France, du moins quelques uns. Les séjours au Val d’Ajol, remplis de gouttes de folie et de fête, le concert avec les $heriff et les Wampas, la loco de Millau, le Catering de l’aéronef, toutes les cuites avec Spirou, la piscine
    du Périgord, tous les bons concerts, les 24 heures de Lilles… le ricard (adieu Paul), les bonnes bières, le bon vin et les françaises (vivent les plages) bref nous adorons votre pays, et c’est pour bientôt la prochaine visite.

    Les pires ?


    Le in n’out en 20 minutes au printemps de Bourges( meilleure chance la prochaine fois) les 1000 Km qui séparent 2 concerts en une nuit. Les fins de concerts en baston, l’alcool et les drogues jouent de vilains tours parfois. Les pets dans le camion, les sandwichs à Marcor, tous les mauvais concerts .

    Avec quels groupes aurais tu plaisir à jouer ?


    Le plus de groupes possible, il y a toujours de quoi apprendre, lorsque nous jouons avec d’autres groupes, et c’est ce que j’aime des tournées.