Chargement...

- Apathie du Peuple

Discussion dans 'Bibliothèque anarchiste' créé par Kefnos, 19 Septembre 2009.

  1. Kefnos
    Offline

    KefnosNouveau membre

    1
    0
    3
    Sept 2009
    "Bonjours,

    Nombres de textes ici font référence à diverses grands auteurs. Cela est honorable. Cependant je trouve encore plus de citer des auteurs d'aujourd'hui que du passé, même si nos maitres sont morts il y a longtemps.

    Voici le texte d'un anonyme, Februs Kosnt, écrit face à l'omniprésence de Mickaël Jackson. Un texte incitant l'homme à la ré-humanisation. Un très beau et vibrant texte, mais je vous laisserai en juger.
    Je soulignerais qu'une lecture sera faite de ce texte, samedi 26 septembre, sur Radio-libertaire (dont je suis un des fonctionnaires acharnés) entre 23h et 5h du matin en raison de son autenticité, de sa vérité vraie. De ce jet plein de lumière presque aveuglant qui transperce douloureusement le coeur du naif.

    Bien à vous"
    Noam Chomsky, à propos de la bibliothèque New York Public Library et des livres à caractères révolutionnaires.


    P.S. l'auteur de ce texte a tenté d'imposer sa composition dans l'éditorial de son journal informatique, malheureusement refusé il l'a posté sous ce pseudonyme pour pouvoir faire partager ses idées. Il désirerait garder l'anymat cependant.


    L'Ennemi du Peuple.

    Ca y est ! Encore une fois, il a fallu attendre la mort d'une coqueluche de cette société de consommation pour pouvoir entrevoir dans toute son horreur dans quelle apathie monstrueuse le peuple s'est enlisé !

    Mais Non! Nous ne pourrons prétendre tomberons pas dans les griffes de la cupidité pour ainsi faire de nous un journal se souciant plus des recettes que de la qualité de l'information. « Face a ton omniprésence médiatique, sache que ton absence dans notre journal sera notre plaidoyer sévère contre tout ce que tu as incarne ainsi que tout ceux pourquoi on t'a utilisé et détourné ».

    Notre journal refuse de se faire encore plus longtemps complice de l'odieuse machination ourdit contre l'humanité. C'est pourquoi nous n'acceptons pas que figure un vieux pédophile poudré en première page de cette édition.
    Nous serons le journal intime de ce siècle sentant les prémices de la folie le chatouiller dangereusement, endossant la manteau de la vérité dans son aveuglante splendeur (en espérant que vous ayez la force de continuer a voir avec des yeux d'hommes libres.

    Les messagers de l'Apocalypse ?

    A l'attention des sots : le vieux pédophile poudré est bien sur Michael Joseph Jackson.

    Oui, Humanité, tu es coupable.
    Coupable d'être tombée au dessous de la condition animale en ignorant ton prochain.
    Coupable d'avoir érigé des murs de haine et de suspicion entre les hommes.
    Coupable d'avoir oublie d'ou tu venais.

    Bientôt, les responsables seront forcés de sortir des trous qu'ils ont creusé pour pouvoir comploter et leur existence ne sera enfin plus un mythe. Dans la masse honteuse des coupables, j'aperçois les plus fiers artisans de ce complot sans précédent.

    Je vous accuse :

    - vous la chair qui ne veut point être libre, qui se méprise, et souhaite le déchirement du prochain.
    -vous marchants odieux d'espoir et de rêves, clercs impitoyables.
    -toi prolétaire faible et lâche dont l'opinion capricieuse et infantile dicte la pseudo vie politique.
    -vous les dépressifs nerveux, victimes du désespoir et du découragement, ces deux gendarmes blêmes de l'esclavage.
    -vous, les chenilles de la société soucieux de s'intégrer dans n'importe que groupe quelle qu'il soit (mais tout groupe n'est-il pas a la base de l'avilissement et de la servitude?)
    -vous les imbéciles qui, sous prétexte de se distraire, regardent les émissions les plus abrutissantes.
    -toi, esclave, qui répète ta prière tous les soirs sans comprendre le sens profond et la nature qui la inspirée lors de sa création. Mais quoi de mieux que la rassurante (et pesante) présence de la routine ?
    - vous les prétentieux, qui vous vantez de regarder une ou deux émissions culturelles comme si elles avaient faits de vous des "penseurs"
    -toi, le manifestant, s'achetant une conscience en marchant une fois dans les rue, vendant vulgairement aux gens dans le besoin un espoir...pourtant sans lendemain car c'est vite fait que tu oublies ce pour quoi tu t'es battu (ex; Tibet )
    -vous, les consciences lâches qui croient que le symbole de leur liberté réside dans l'existence glorieuse de McDonald.
    -vous les chourineurs de la démocratie qui la croit défendue par une barrière de machines à laver et des costumes de soirées, tous identiques.
    -et enfin toi, le mauvais jardinier qui a oublie combien il était utile de cultiver son jardin quand des millions d'africains agonisent.
    Vous êtes responsables d'avoir, par votre manque de clairvoyance, de cœur, d'esprit et d'humanité, d'avoir plonge le monde dans la situation d'aujourd'hui...et quel terrible futur ce présent est-il en train de construire !!!

    Le Peuple étouffe dans le sein de son Apathie.

    Pourtant, Malraux n'avait-il pas tenté, dans un dernier sursaut d'humanité, de nous prévenir des dangers que pouvaient enclencher cette hideuse société de consommation créée par l'Homme pour l'asservissement de l'Homme ?
    C'est ainsi que sur un ton prophétique il déclarait :-''le XXI siècle sera spirituel ou ne sera pas.''
    Mais avons-nous finalement prêté l'oreille ? Comme aurait du le faire n'importe quel bon citoyen soucieux du bien être d'autrui ?

    NON !

    Le peuple de la Terre semble avoir perdu son âme. Elle pense trop et ressent trop peu. Bientôt, on apprendra aux machines à aimer...et Dieu sait quel terrible avenir s'ouvrira au monde le jour ou une machine dira pleinement, en toute ''conscience'' : JE

    Parmi les nombreuses marches ridicules, ou Toi, O Peuple, tu as voulu t'acheter une conscience je n'en citerai qu'une particulièrement récente (elle remonte a un an, peut-être l'a tu déjà oublié ?). Ta fière marche contre la torche olympique dans les rues animées de Paris. Tu as violé une marche symbolisant la fraternité et la paix entre les peuples, pourtant qu'est-il donc resté de l'ardeur que tu as, si justement, jeter dans ton combat ?

    Rien.
    Un Néant obscure et honteux.

    Une journée a elle seule te permettant, de tout ton cœur, de te mentir à toi même. Hélas, non, tu n'as guère soulagé le monde de sa souffrance. Tu n'as que plus accentué le gout amer de la défaite et de la dérision pesant sur ce siècle si tragique. Oh certes tu as parle. Tu as écouté et condamné un nombre incalculable de fois.

    Mais ne sais-tu que trop bien que le Mot n'est rien sans l'harmonie du coup de feu vibrant et perpétuel clamant Justice ?
    Alors, voyant quelle pesante inaction régnait sur le monde tu as pensé que tu avais tout fait ce qui était en ton pouvoir pour changer les choses...et puis que finalement le Tibet n'avait aucun intérêt. C'est une cause que les intellectuels s'amusent à défendre juste pour passer le temps et pour qu'on puisse les citer dans le dictionnaire comme ''défenseur de la Liberté''.
    Hélas, encore une fois tu t'es morfondu dans ta paresse et n'a pas voulu voir plus loin que les stéréotypes inébranlables et vulgaires. Pourtant, si tu avais mis plus de cœur a l'ouvrage. Si tu avais mis plus de force et de conviction, tu aurais, a juste titre, vu que le Tibet était le siège majestueux de six grands fleuves asiatiques d'importance majeurs pour la Chine dont 85% des nappes phréatiques sont polluées. Tu aurais su voir que ''l'Usine du monde'' était en train d'exploiter d'immenses ressources d'or, de charbon et de lithium (métal léger présent dans toutes les batteries électriques en marge de devenir un des produits les plus importants de ce siècle). Mais bien au delà de ces détails futiles qui auraient du t'inciter à ébranler l'hégémonie d'un régime autoritaire, tu aurais vu, en tant qu'Humaniste (je sais que tu te gargarises de ce mot), que c’était un véritable génocide culturel qui se passait au Tibet. En effet, Lhassa, capitale spirituelle du bouddhisme, n'est-elle pas peuplée à 50% de colons chinois ?
    Mais bon sang ! Ouvriras-tu donc les yeux !

    L'Histoire n'a-elle pas connue assez de génocides pour que tu en ais assez des carnages ? La Terre ne s'est-elle pas suffisamment abreuvée du sang des innocents ? Ne vois-tu pas clairement ressurgir de la misère tibétaine le spectre des indiens d'Amérique ou autres peuple dont maintenant nous pleurons tant la perte ?
    Chaque fois que l'Homme tue, c'est une part de son identité qu'il assassine et qu'il destine au Néant. N'es-tu pas ainsi effrayé de voir ce Tibet, un de ces derniers bastions de la compassion et de l'esprit, s'éteindre a jamais ?
    As-tu si peur que cela d'entendre les gémissements désespères, agonisants, d'un peuple et de lui tendre la main ?

    Mais puisqu'une malheureuse poignée d'hommes libres se révèle jouir d'une lucidité d'esprit accompagnée d'un cœur : je marcherais fièrement avec eux.

    Je noierais l'hydre honteuse de l'indolence vautrée dans notre siècle !
    Je secouerais les dogmes oppressants de la société fabriqués à la chaine !
    J'ébranlerai le cœur soumis de mes contemporains avec toute l'ardeur que m'offrira mon âme!
    Je t'affranchirai, O toi Peuple, de tes misères fiévreuses, je briserai avec rage les chaines qui ont formées ta condition de sous-homme!
    Du moins, j’essayerai, ou j’essayerai…

    Je refuse de voir les générations se succéder, de plus en plus flétries, abruties et serviles.
    Non, Toi l'Homme fier et penseur, où ta majestueuse grandeur t'a-t-elle conduis ?
    T'es tu égaré a ce point que ta vie semble se confondre avec un rêve de misère fiévreuse ?
    Cesse de te tordre sur le fumier de tes terreurs ! Ne déclame plus ! Ne pleure plus ! Ne dogmatise plus ! Ne supplie plus ! N'accepte aucun joug pas même celui de la fatalité !

    Ainsi, aujourd'hui, qui donc pourrait ne pas vomir les classes dirigeantes et être horrifiés par les classes dirigées ? Les uns se comportent pas en humains, les autres ne sont-ils pas des moutons ?

    Toi, Peuple, tu es plonge dans une apathie meurtrière. Cependant, tu es responsable de ton malheur (il y a des malheurs plus terribles mais pas de plus honteux). Tu le désires. Tu le recherches. Tu es un gouffre de bêtise, estomac de luxure et de paresse. Car, toi, O Peuple, tu es avide de sommeil.
    C'est ton but.
    Un chaos serein qui, lentement, t'étouffe dans la maigre joie de ton apathie.


    Merde à la Démocratie !
     
Chargement...