Chargement...

A quoi ressemble une société anarchiste

Discussion dans 'Discussion générale' créé par Oni21, 14 Juin 2017.

  1. Fanya
    Offline

    FanyaMembre du forum Compte fermé Membre actif

    976
    144
    9
    Août 2015
    Austria
  2. social-démocrate
    D'accord je me suis trompée.

    Mais sans ce savoir le pouvoir psy n'existerait pas, c'est sa caution, il lui sert comme une idéologie sert à protéger une institution hiérarchique, commerçante. Peut-être davantage quand il est mis en oeuvre par de "bons praticiens". C'est justement le côté "pervers" la psy : des individus sont enfermés avec une caution médicale. Et comme la médecine n'oeuvre que pour le bien ou le mieux être... qui serait assez fou pour s'y opposer ?

    La comparaison cuillère - psychiatrie ne tient pas.
    Ce n'est pas au nom de la cuillère que l'on enferme des individus dans des cellules d'isolements, que des praticiens leur balance des électrochocs, qu'ils les ensèrent dans des camisoles...
    La cuillère alimentaire serait une spécifité de la médecine ? Un psychiatre impose des cuillères comme traitement ?
    C'est aussi à cause de cette spécificité médicale que des prisonniers sont réduits à l'état de quasi zombies en taule. Elle impose la pacification en brandissant sa banderole "scientifique".
     
  3. ninaa
    En ligne

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    8 533
    1 504
    410
    Fev 2014
    France
  4. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Oui, car ça pose la question de qui déciderait que quelqu'un doit être "soigné"?
    Quoi qu'il en soit les problèmes de criminalité seraient forcément considérablement réduits par rapport à la situation actuelle. Plus de crimes liés à l'économie, puisque tout le monde pourrait bénéficier de tout ce dont il a besoin. Et ce sans notion de "mérite" et de "récompense": dans le cas contraire il subsisterait des frustrations qui pourraient mener à des vols...
    Il faut espérer que dans un contexte d'entraide et d'épanouissement l'ensemble des gens développeraient plus d'empathie, ce qui devrait avoir des conséquences aussi sur la criminalité (moins d'agressivité, plus d'empathie, donc moins d'abus sexuels et autres...).
    En supposant que certains individus se sentent eux mêmes dépassés par des pulsions (pédophiles, par exemple) ils pourraient demander eux mêmes une aide, écoute, médicaments...
    Resterait donc le cas de prédateurs niant avoir un problème (justifiant la pédophilie, ou convaincus que peu importe que la femme ressente du désir, ou se foutant pas mal de nuire aux autres...). Dans ce dernier cas je ne vois vraiment pas quoi faire, je pense qu'on réagirait au cas par cas, en ayant seulement à l'esprit le refus de l'abus de pouvoir.
    Tu as parlé d'ostracisme: or spontanément, ici et maintenant, c'est ainsi que réagissent les collectivités libertaires, mais sans qu'il y ait à proprement parler de décision collective: ce sont des individus ou des lieux précis qui décident de virer un prédateur ou de ne plus lui parler. Sans doute ça se passerait de cette manière en société anarchiste.
    mais encore une fois on peut espérer que pour tout un tas de raisons les cas de crimes seraient très très nettement moins nombreux qu'aujourd'hui.
     
  5. Ziggy-star
    Offline

    Ziggy-starMembre du forum Comité auto-gestion Membre actif

    486
    69
    0
    Fev 2017
    France
  6. plateformiste, internationaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, gauchiste, veganarchiste
    Je suis d'accord sur la diminution de la criminalité.
    Tout ce décide toujours ou presque au cas par cas (mais les décisions prises au cas par cas sont toujours fondées sur des principes). Pour moi il s'agit plus de définir ces principes que d'imaginer des solutions concrètes comme si elles seront appliquées dès demain.
     
    ninaa apprécie ceci.
  7. AAKUAN
    Offline

    AAKUANNihiliste, Anticosmique, Antinataliste Membre actif

    121
    39
    0
    Fev 2012
  8. chaos/Nihiliste
    Kuhing tu met trop d'importance dans le médicament. Quant tu parlais des gens qui vont
    en clinique psy volontairement ce n'est pas forcement pour se faire bourrés de cachetons
    mais sa peut aussi être pour trouver des activités et des facons de s'occupés ou même sans savoir pourquoi car beaucoup de problèmes psy peuvent faire qu'on n'arrive pas a
    sortir de chez soi... Qu'on fini dans un environnement insalubre. C'est vrai que sa peut être aussi pour tout faire pour détruire la douleur alors
    quitte a détruire son cerveau avec des médocs jusqu'a devenir un(e) mort vivant(e). L'euthanasie n'existe pas alors on prend ce qu'il y a...
    A défault de ne pas avoir les moyens/courage de se suicidés ou d'avoir fait une ou des tentatives ratés on va voir ailleur...


    De plus quant tu souffre vraiment tu as souvant des envies qui ne sont pas vraiment des envies.
    Par exemple quant tu dit que des gens veulent allez a l'hopital c'est surtout
    pour tout faire afin d'échappés a leur vie actuelle... Et vu que notre société est rude
    est bien on "choisi" la peste plutot que le cholera. Il y a aussi le desespoir comme quoi
    on serai prés a faire n'importe quoi pour ne plus souffrir. Quitte a devenir un légume...

    Ce que j'ai vu c'est que beaucoup de gens y sortent dans des états pas mieux voir parfois encore pire.
    On as des médicament qui marche que a moitier pour donnés des effets secondaire a la pelle.
    C'est comme si on te donnais un truc pas au point. Je mentient que ce n'est pas tolerable d'avoir des médicament alpha.
    Tout sa entre soulagement et poison. C'est sur que sa rassure certaine personne de croire a des solutions mais il est absurde
    de prendre l'histoire humaine comme une ligne de progrès. Evolution ne veut pas dire progrès. C'est simplement le temps qui défile.
     
  9. kuhing
    Offline

    kuhingMembre du forum Compte fermé Membre actif

    1 328
    180
    2
    Juin 2017
    Je sais très bien de quoi tu parles concernant les traitements médicamenteux par toujours bien adaptés ou dosés et avec des molécules pas encore sans effets secondaires lourds.
    C'est en rapport avec les insuffisances des connaissances et des moyens.
    Mais la psy n'est pas juste ça c'est aussi la psychothérapie, l'accompagnement en milieu ouvert.
    Quand elle est bien employée bien sûr.
    Très insuffisant aussi, certes.
    Donc penses-tu qu'il faudrait supprimer "la psychiatrie" comme branche de la médecine ?
    Si oui peux-tu expliquer comment il faudrait aider ceux qui ont des pathologies mentales ?
     
  10. AAKUAN
    Offline

    AAKUANNihiliste, Anticosmique, Antinataliste Membre actif

    121
    39
    0
    Fev 2012
  11. chaos/Nihiliste
    Je n'ai rien contre les psychothérapie et les accompagnement quant c'est bien employées. Mais je pense que le plus utile c'est l'accompagnement choisi et les activités libre et sans contraintes. Tu as bien plus de contact avec des infirmiers en milieux ouverts que avec ton psy qui te sert plutôt pour validés des procedures, te filés des médocs, légitimés ton aah ou ton rsa social... Enfin dans mon cas c'est sa.
     
  12. kuhing
    Offline

    kuhingMembre du forum Compte fermé Membre actif

    1 328
    180
    2
    Juin 2017
    Donc si je comprends bien, tu estimes que malgré ses faiblesses, la psychiatrie est nécessaire et qu'il ne faut pas supprimer cette branche de la médecine qui a, faut-il encore le répéter, beaucoup de progrès à faire dans ce système mais aussi dans une société anarchiste si elle aboutit un jour.

    Discussion absolument pas "hors sujet" dans le cadre de ce topic.
     
  13. ninaa
    En ligne

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    8 533
    1 504
    410
    Fev 2014
    France
  14. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    En tout cas tous ceux qui ont étudié les différentes cultures s'accordent à dire qu'on ne devient pas criminel, marginal ou "malade psychique" de la même manière selon les sociétés, et que les crimes sont le reflet de l'idéologie de la société dans son ensemble.
    Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Les études interculturelles
    Donc on peut espérer qu'en société anarchiste vu que l'ambiance générale serait plutôt à l'empathie et à l'épanouissement on ne compterait presque plus, voire plus du tout de viols, crimes violents etc.
     
  15. kuhing
    Offline

    kuhingMembre du forum Compte fermé Membre actif

    1 328
    180
    2
    Juin 2017
    Bon ben tout arrive.
    Je désespérais de lire quelque chose de sensé dans ton discours.
     
  16. ninaa
    En ligne

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    8 533
    1 504
    410
    Fev 2014
    France
  17. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    La question de la "gestion" des criminels est quasi systématiques chez ceux qui veulent s'informer sur la "future société anarchiste".
    Pourtant si on fait la comparaison avec le système actuel on se rend compte que c'est loin d'être le plus important. Ici et maintenant il y a beaucoup plus de morts pour causes de guerres, misère... sans parler des accidents du travail!
    Je ne dis pas qu'il ne faut pas y penser du tout, mais que ne pas pouvoir répondre complètement à ce problème (ce qui resterait de criminalité dans un système plus juste et épanouissant) ne devrait pas être un frein à vouloir une révolution "sociale et libertaire".
     
  18. kuhing
    Offline

    kuhingMembre du forum Compte fermé Membre actif

    1 328
    180
    2
    Juin 2017
    C'était bien parti.
    Dommage.
     
  19. ninaa
    En ligne

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    8 533
    1 504
    410
    Fev 2014
    France
  20. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Ziggy-star a dit:
    [​IMG] Je suis d'accord sur la diminution de la criminalité.
    Tout ce décide toujours ou presque au cas par cas (mais les décisions prises au cas par cas sont toujours fondées sur des principes). Pour moi il s'agit plus de définir ces principes que d'imaginer des solutions concrètes comme si elles seront appliquées dès demain.


    Je suis d'accord avec toi.
    Kropotkine écrivait dans « La science moderne et l’anarchie »:
    « Aucune lutte ne peut avoir de succès, si elle reste inconsciente, si elle ne se rend pas un compte concret, réel, de son but. Aucune destruction de ce qui existe n’est possible, sans que, déjà pendant la période de destruction et des luttes menant à la destruction, on ne se représente mentalement ce qui va prendre la place de ce qu’on veut détruire. On ne peut pas faire une critique théorique de ce qui existe, sans se dessiner déjà dans l’esprit une image plus ou moins nette de ce que l’on voulait voir en lieu et place de ce qui existe. Consciemment ou inconsciemment, l’idéal - la conception du mieux-être - se dessine toujours dans l’esprit de quiconque fait la critique des Institutions existantes »
     
    Ziggy-star apprécie ceci.
  21. Fanya
    Offline

    FanyaMembre du forum Compte fermé Membre actif

    976
    144
    9
    Août 2015
    Austria
  22. social-démocrate
    Si j'étais individu transgenre ou individu désirant faire une transition, je marcherais sur la tête des psychiatres. Et je mettrais le feu aux facs de médecine ^^
     
  23. kuhing
    Offline

    kuhingMembre du forum Compte fermé Membre actif

    1 328
    180
    2
    Juin 2017
    Pourquoi se donner des conditions ?
    Fais le.
     
  24. Fanya
    Offline

    FanyaMembre du forum Compte fermé Membre actif

    976
    144
    9
    Août 2015
    Austria
  25. social-démocrate
    Pour me faire psychiatriser ou emprisonner après ?

    Je suis folle, pas anarchiste.
     
  26. Fanya
    Offline

    FanyaMembre du forum Compte fermé Membre actif

    976
    144
    9
    Août 2015
    Austria
  27. social-démocrate
    Quid du DSM qui pathologisait l'homosexualité il n'y a pas encore si longtemps ?
    Quid de la pathologisation de la transidentité dans l'ancienne version du DSM ?
    Quid de la psychiatrisation des personnes trans ?
    :p
     
  28. Fanya
    Offline

    FanyaMembre du forum Compte fermé Membre actif

    976
    144
    9
    Août 2015
    Austria
  29. social-démocrate
    Quitte à faire dans l'analogie foireuse, autant dire qu'il y a de bons et mauvais policiers comme il y a de bons et mauvais militaires comme il y a de bons et mauvais juges. En attendant l'Anarchie, on devrait pouvoir défendre les institutions régaliennes qu'ils "servent" comme certains défendent la psychiatrie :p
     
  30. kuhing
    Offline

    kuhingMembre du forum Compte fermé Membre actif

    1 328
    180
    2
    Juin 2017
    Tu racontes n'importe quoi.

    L'homme est une machine chimique et, toi qui aimes les auteurs si intelligents qui sont tellement pratiques à citer dans les cocktails branchouilles, tu devrais ajouter Jean-Pierre Changeux " l'homme neuronal " à ton répertoire de connaissances.

    Il explique bien en quoi le cerveau est une machine chimique et pour savoir la réparer, il faut d'abord l'étudier.
    La psychiatrie, la neuro-psy essaye peut être mal, mais elle essaye.

    Refuser de le faire c'est le retour à l'obscurantisme le plus rétrograde.
    Franchement j'attendais mieux de toi.

    Et par ailleurs c'est pas très cool ni courageux d'envoyer les transgenres se faire emprisonner pour des choses qui tu aimerais faire toi même.
     
  31. kuhing
    Offline

    kuhingMembre du forum Compte fermé Membre actif

    1 328
    180
    2
    Juin 2017
    Comme pour le communisme, il y a confusion de sens.
    Tu sembles être spécialiste du genre.
    Ce dont tu parles n'est pas de la spécialité médicale mais de l'utilisation politique qui en est faite et en rapport avec le pouvoir en place et de son idéologie dominante à une période x. Et toute la société en est imprégnée.
    Si le DSM catégorisait l'homosexualite comme pathologie jusqu'au debut des années 80 , il ne le fait plus. Les croûtons ont rajeuni les mentalités aussi apparemment.
    À ce compte là tu pourrais aussi dire qu'il faut supprimer l'école parce qu'il n'y a pas si longtemps les châtiments corporels y étaient autorisés sur les enfants.

    Concernant l'homosexualité ce sont plutot les régimes politiques en place qui la répriment pour telle ou telle raison. J'imagine que les psychiatres de ces pays apportent leur caution.
    Il s'agit de politique pas de psychiatrie.
    Voilà les pays qui aujourd'hui punissent l'homosexualite de peine de mort :


    Dans treize pays , l'homosexualité est passible de la peine de mort :

     
  32. Fanya
    Offline

    FanyaMembre du forum Compte fermé Membre actif

    976
    144
    9
    Août 2015
    Austria
  33. social-démocrate
    Changeux n'est pas un auteur à cocktails branchouilles ? ENS, Collège de France, Grande Loge... Comment ne pas rire ?

    Je reprécise qu'il s'agissait d'analogie foireuse. Autant que les tiennes avec l'aspirine, la cuillère et la boulangerie tentant de faire gober la psychiatrie et son pouvoir.

    Refuser une science médicale contribuant au maintien d'une institution hiérarchique et fermée c'est retourner à l'obscurantisme le plus rétrograde ?
    C'est beau le chantage...

    La psychiatrie essaie, certes, mais ce sont ses "usagers" qui encaissent. Encore une fois ses prétentions scientifiques - pour ne pas dire scientistes au plus mauvais sens du mot - servent de caution au pouvoir d'une institution totale.

    Je ne suis pas sûre d'avoir compris.
    Où ai-je écris que je voulais envoyer les transgenres se faire emprisonner ?
    Nulle part. Alors arrête de déformer, fais pas ta ninaa ^^