Chargement...

À QUOI LES TRAVAILLEURS SONT-ILS UTILES ?

Discussion dans 'Politique et débats de société' créé par kpadelacruz, 10 Mars 2011.

  1. kpadelacruz
    Offline

    kpadelacruzNouveau membre

    6
    0
    0
    Mai 2008
    À quoi les travailleurs sont-ils utiles<br>?


    Tu as pu te rendre compte comme tant de tes camarades avant toi que la richesse créée vient essentiellement de ton travail. La valeur ajoutée par le travail EST la richesse. Donc la croissance si chère aux capitalos c'est toi qui l'a fournie et personne d'autre. Mais eux ils voient ça autrement bien sûr : la croissance c'est essentiellement les profits tirés de la valeur-ajoutée (répétons-le, par l'activité). D'ailleurs si tu analyse bien leur discours, ils se contredisent : «<br>la croissance c'est l'emploi<br>». Donc c'est bien toi, celui qui taf qui crée la richesse (lol). Mais bon, ils voient ça du côté capitaliste. Pour arriver à cette croissance, les capitalos salarient et vendent<br>: ils dégagent un profit, ils gagnent des points de croissance comme ils répètent. Et voilà comment ils te cassent les reins. Plus ils achètent ton travail moins cher, et plus ils vendent cher la production, et plus ils font de l'argent. Ils se donnent ainsi toujours le bon rôle. C'est eux qui ont créé de l'emploi, innové, investi, créée de l'activité économique, c'est eux qui se donne l'air de faire tourner le monde en somme, les bons samaritains quoi...

    La croissance viendrait donc d'eux. Ils se défendent sur l'idée initiale et créatrice, le déclic et l'anticipation qui va faire qu'ils seront les premiers sur le marché pour un nouveau produit, service ou autre. Et ils déposent des brevets pour pas qu'un autre prenne la place et ainsi faire beaucoup d'argent. D'autres partent sur des produits existants mais avec quelques amélioration, nouveautés, etc. Ils se concurrencent et à la fin souvent c'est celui qui vend moins cher qui gagne le marché. Donc c'est à qui perd gagne tu l'auras compris. Tous les jours on te vend ça<br>: «<br>petits prix, imbattables, le moins cher, etc.<br>» Car c'est le moteur essentiel de l'activité économique capitaliste. Et toi dans tout ça<br>? Bin tu te vends, et c'est le capitaliste qui fixe la valeur marchande de ton travail, souvent aussi réglées par des conventions avec l'État (salaire minimum, cotisations diverses), mais c'est lui qui tient toujours les reines. Dans le jargon populaire on dit «<br>être à son compte<br>». Mais tu vas me dire que tout seul rien n'est possible<br>!?! Et c'est vrai, il aura beau avoir des super taux d'intérêts chez le banquier, donc les fonds, le capital fixe, les machines, si personne ne travaille, il va se retrouver dans un sentiment profond de solitude. Donc tu comprends bien que c'est l'activité, ton travail en somme qui au final crée la richesse, et pas du tout le patron. Lui il organise le système pour son profit et t'utilise (t'emploi) pour son propre bénéfice.

    Il te le dis jamais mais tu es juste un poteau «<br>animé<br>» et il rêvera toujours de te remplacer par une machine. Car tu es un coût et quand il se justifie «<br>mais j'ai créé de l'emploi<br>» c'est juste un hypocrite car son intérêt c'est de produire à moindre frais (moins de main d'oeuvre, augmentation de la productivité et des cadences). Il profite de la concurrence entre les travailleurs en cessation volontaire ou non d'activité sur l'instant. C'est-à-dire sur le moment où il a besoin de la main d'oeuvre pour produire et ainsi répondre à la consommation, la demande du produit qu'il s'est décidé à mettre sur le marché. Après il se retire avec le pactole, tu (re)pointe au chômage ou essaye de te revendre à l'aut' gugusse. Et il se plaint, dès lors, de payer trop d'impôt pour les assistés, la sécu, l'assurance chômage, etc. Mais heureusement pour lui<br>! Les plus intelligents d'entre eux ont bien compris qu'avec du chômage on peut accentuer la pression sur ses salariés et faire jouer la concurrence (comme c'est toujours le cas avec les immigrés par exemple). Les plus pingres des capitalos prennent éminemment plus de risques pour leur tête. Qu'on sucre les aides sociales et compagnie, j'te raconte pas le bordel dans les rues<br>: les gens prendraient enfin les armes.

    C'est pour ça que dans son ensemble, le système capitaliste est contre productif humainement et socialement. Sauf si tu es du côté des capitalistes qui profitent toujours de tout. Ils tireront toujours la couverture sur leurs «<br>bienfaits<br>» partout dans les médias. C'est pour ça qu'on entretient aussi par notre travail l'État et sa clique de privilégiés. Ce monstre de pouvoirs justifie ainsi son rôle de redistribution par la taxe mais cautionne toujours en fait l'exploitation salariale car il y gagne évidemment. Il protégera toujours l'intérêt des «<br>partenaires sociaux<br>», instaura la paix sociale dans la mesure du possible (prisons, flics, militaires, justice, asiles) par sa grille d'imposition. Or, il suffirait simplement de révolutionner le système de production, de consommation et d'échanges pour être enfin libérer de toutes ces infamies<br>: l'État, le patronat, les banques, la classe dominante en somme. Sans concurrence la vie sociale et productive serait tout autre. C'est possible<br>! Regarde par exemple l'informatique. Microsoft vend sa plate-forme et ce depuis fort longtemps. Linux quant à lui a développé sa plate-forme par une mise en commun des ressources humaines, techniques et matérielles librement. Des personnes ont collaboré au projet en écrivant des programmes gratuitement, dans un but commun et alternatif et qui s'améliore sans cesse par l'agrandissement de la communauté et des idées novatrices qui viennent s'y greffer. Pas de patrons, pas de salariés, seulement des développeurs, pas de profit, pas de barrières nationales, rien que de la coopération et de l'entraide. Qu'est-ce que l'État peut taxer<br>? Rien car il n'y a pas de marchandage ni de propriété privée patronale<br>! Pas d'État, pas de patronat, ça ne te rappelle pas un mouvement socialiste révolutionnaire<br>?
     
Chargement...